Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Invisibles (provisoire) d'Ana Abril, une première création interdisciplinaire et engagée sur le vivre-ensemble

Le potentiel des indignés

• 24 avril 2015⇒25 avril 2015 •
Invisibles (provisoire) d'Ana Abril, une première création interdisciplinaire et engagée sur le vivre-ensemble - Zibeline

Passée pour la première fois de l’autre côté de la scène, ou presque, la comédienne Ana Abril a monté la pièce Invisibles (provisoire) à partir d’extraits de Pommerat, Burlet, Garcia, Rebotier… C’est surtout l’essai de Camus sur le mythe de Sisyphe qui l’a aidée à créer du lien, et de l’espoir, dans cette partition-puzzle complexe, sans qu’elle renonce d’ailleurs tout à fait à exister au plateau, se plaçant en chef d’orchestre observatrice qui laisse le temps des mots et des corps à une énigmatique bande de personnages, punks sur les bords, faillibles, fragiles, en équilibre constant. Entre terreur de l’avenir et absurdité du pouvoir, ils s’essayent à l’existence et organisent leur micro-société dans un no man’s land plutôt bien manigancé -les murs nus du Théâtre des Carmes où la pièce a été créée reflétant un chantier à l’oeuvre convaincant-. On y croise un promoteur immobilier en grenouillère, un Maradona qui veut qu’on l’aime, une Derviche tourneuse de planches, un punk en costard qui lit (assis) un poème sur le futur, une jeune femme au bord du précipice qui combat sa trouille au ventre, un roi attablé dont les sujets l’abandonnent en pleine digestion, une femme sans âge, une accordéoniste triste, du Noir Goya… Derrière cette éternelle difficulté du vivre-ensemble et ce chaos dont le potentiel reste tout autant éternellement à prouver, c’est un appel à l’indignation que semble évoquer par touche la metteure en scène espagnole, témoin de la crise que vit son pays natal et du malaise de son pays d’adoption. Une partition philosophique, entre tendresse et cruauté, que chacun (dé)composera à sa guise. Même s’il avoue une inaptitude à l’existence, le monde d’Ana Abril, et de ses indignés engagés dans le «silence déraisonnable du monde», ne baisse pas la tête. No futur ? Pas si sûr…

DELPHINE MICHELANGELI
Mai 2015

La pièce Invisibles (provisoire) a été jouée par la compagnie Vertiges Parallèles au théâtre des Carmes les 24 et 25 avril, à Avignon

Photo : DE.M.


Théâtre des Carmes
6 place des Carmes
84000 Avignon
04 90 82 20 47
http://www.theatredescarmes.com