Concert/conférence, à l'Alcazar le 14 janvier, autour de la sortie d'un ouvrage musicologique d'importance sur Henri Tomasi.

« Le plus grand compositeur né à Marseille ! »Lu par Zibeline

• 14 janvier 2016 •
Concert/conférence, à l'Alcazar le 14 janvier, autour de la sortie d'un ouvrage musicologique d'importance sur Henri Tomasi. - Zibeline

Le 14 janvier, à l’Alcazar, une conférence-concert mettait en lumière la publication d’un ouvrage sur le compositeur Henri Tomasi intitulé « Du lyrisme méditerranéen à la conscience révoltée » (collection « Arts » aux Presses Universitaires de Provence). En prélude, Jean-Marie Jacono, universitaire et codirecteur de la publication, à quatre mains avec le musicologue Lionel Pons, présente le « paradoxe Tomasi » : joué dans le monde entier (près de 150 concerts en 2015!) le plus grand compositeur né à Marseille reste quasiment inconnu du grand public dans sa ville natale, voire en France… Et il n’existait, à ce jour, aucun ouvrage musicologique d’importance consacré à Henri Tomasi depuis sa disparition il y a 45 ans ! Voilà chose réparée avec ce superbe livre de près de 570 pages, regroupant le travail de 30 personnalités venues du monde entier, qui est davantage qu’une simple publication d’actes de colloque (il a eu lieu en 2013), mais un ouvrage destiné à un public large, désirant simplement découvrir le musicien, son œuvre riche, gigantesque… Car à sa lecture, on constate que, contrairement à certaines « idées reçues », Tomasi ne peut-être réduit à l’image d’un compositeur « régionaliste », qu’il est un grand créateur, de dimension mondiale, méritant de trouver une digne place dans l’histoire de la musique.

De fait, à l’écoute des opus, présentés avec verve par Lionel Pons, interprétés par les sopranos Barbara Bourdarel & Haegee Lee, le baryton Liang Wu (issus de la classe de chant d’Isabelle Vernet au CNRR de Marseille), la pianiste Marie-France Arakélian, le flûtiste Jean-Louis Beaumadier accompagné au clavier par Véronique Poltz, réunis autour du duo d’intervenants, épaulés par le journaliste Jacques Bonnadier et le fils du compositeur Claude Tomasi, on a pu prendre conscience de la fécondité de la production d’Henri Tomasi. Celle-ci transcende l’élément populaire, bien au-delà du creuset méditerranéen, invite au rêve, et rend compte des interrogations d’un humaniste traversé par des crises spirituelles, animé par des sentiments de révoltes, engagé dans son siècle…

Restent donc à (re)découvrir ses chefs-d’œuvre, tels ses immenses Concertos pour trompette, saxophone, guitare, celui pour alto magnifiquement joué par Magali Demesse à l’Opéra de Marseille en 2015, ses opéras Don Juan de Mañara, Ulysse, l’Atlantide, Sampiero Corso, Le Silence de la mer (Vercors), son Requiem pour la Paix, la Symphonie du Tiers-Monde, Retour à Tipasa (d’après Camus) ou Les Cyclades… Monumental !

JACQUES FRESCHEL

Janvier 2016

Photo : couverture « Du lyrisme méditerranéen à la conscience révoltée » (collection « Arts » aux Presses Universitaires de Provence)

www.henri-tomasi.fr

http://presses-universitaires.univ-amu.fr

Bibliothèque de l’Alcazar
14 Cours Belsunce
13001 Marseille
04 91 55 90 00
http://www.bmvr.marseille.fr/