Lucas Debargue en concert au Grand Théâtre de Provence

Le pianiste aux mille doigtsVu par Zibeline

Lucas Debargue en concert au Grand Théâtre de Provence - Zibeline

Familier de La Roque d’Anthéron, invité au Festival de Pâques 2018, lauréat du célèbre concours Tchaïkovski (4e en 2015 et prix spécial de la critique musicale de Moscou) et premier prix du concours Cortot en 2016, Lucas Debargue subjugue ses publics tant par sa virtuosité technique éblouissante que par la subtilité de ses interprétations, sans cesse différentes et toujours d’une impeccable justesse de ton et d’esprit. Il revenait à Aix dans l’écrin de la salle comble du Grand Théâtre de Provence pour un programme qui permettait de goûter toutes les nuances de la palette de ce poète du piano. La première partie du concert s’attachait à un choix de quelques-uns des 555 opus que Domenico Scarlatti composa alors qu’il se trouvait au service des souverains d’Espagne et du Portugal : pâte italienne pour un florilège aux couleurs espagnoles, délicats médaillons ouvragés où les rigueurs de la cour se mâtinent d’un air parfois mutin et laissent transparaître une nostalgie du pays que le musicien ne reverra plus. En deuxième partie, rupture de ton et de style et nouvel accordage du piano, avec le triomphe du romantisme. Certes, Nikolai Medtner a vécu la plus grande partie de sa vie au XXe, mais, alors que ce siècle découvrait d’autres voies de composition, ce musicien s’était érigé en défenseur des « Lois sacrées de l’Art éternel », et conserva tout au long de sa carrière les formes et techniques héritées de Bach, Beethoven et Brahms. Sa Sonate en sol mineur op. 22 en est un bel exemple, avec ses respirations, ses harmonies, dans lesquelles le jeu ciselé du jeune interprète se glisse avec aisance. Mais c’est sans doute avec la pièce de Franz Liszt, Après une lecture de Dante, Extrait des Années de pèlerinage, 2ème année, l’Italie, que l’on pouvait prendre toute la mesure du pianiste : jeu aérien et profond, élans bouleversants, instants en apesanteur, il n’est plus de support, l’émotion déferle, emporte, transcende… Généreux l’artiste offrait à une salle debout, comme pour un acte III où se libèrent toutes les tensions, trois rappels frémissants d’âme.

MARYVONNE COLOMBANI
Octobre 2019

Concert donné le 19 octobre au Grand Théâtre de Provence, Aix-en-Provence

Photo © Yann Orhan

Grand Théâtre de Provence
380 Avenue Max Juvénal
13100 Aix-en-Provence
08 2013 2013
http://www.lestheatres.net