Frédérique Nalbandian expose son univers sans limites à la Valette

Le parti pris de la fragilité des choses

• 13 février 2016⇒23 avril 2016 •
Frédérique Nalbandian expose son univers sans limites à la Valette - Zibeline

Les murmures de Francis Ponge, Pascal Quignard mais également de Franz Schubert, ne sont pas restés lettre morte à l’oreille de Frédérique Nalbandian. Ils se sont écoulés lentement, poétiquement et musicalement jusqu’à surgir d’entre ses doigts sous la forme d’une installation plastique et sonore métaphoriquement nommée L’oreille qui tombe. Malentendante parce que la membrane de son tympan est percée, et pourtant bruyante, bruissant des filets d’eau tombés du ciel, de leur disparition dans le bassin de rétention muni de micro-émetteurs, des musiques et des voix enregistrées lors de la performance de Pascal Quignard. L’oreille qui tombe est plus encore un ensemble polymorphe composé d’une sculpture au sol, donc, de travaux sur papier « maculés d’empreintes de mousse et de bulles de savon » et de sculptures-totems érigées tels des pions dans un jeu d’échecs. Monolithes fragiles à la tête éclatée, fissurée, ajourée dont l’élévation ressemble à un tour de force ! En écho, des silhouettes d’oreilles ailées pareilles à des anges sans corps ni têtes, suspendues au mur par l’opération du Saint-Esprit… Au mur encore un bas-relief emprisonne des éclats de verre : un poisson phosphorescent apparaît d’entre la masse compacte, sorte d’animal fantastique aux allures de bijou précieux. La manière dont Frédérique Nalbandian manie le plâtre, le savon, le verre et le papier évoque le geste artisanal : on imagine ses mains et ses bras recouverts de résidus blancs et pâteux, ses doigts glissants entre les bulles mouillées, entaillés par des coupures, tâchés par des mines HB imprudentes…
Autant d’indices parcellaires sur un univers sans limites, aux confins de la matière et de l’immatériel, de la littérature et de la spiritualité. Déjà en 2015 à l’église Sainte-Marie à Puyloubier, invitée par Voyons Voir, comme en 2009 au Domaine d’Avignon pour Château en chantier, l’œuvre de l’artiste niçoise avait imprimé notre rétine.
MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Mars 2016

L’oreille qui tombe
jusqu’au 23 avril
Espace d’art Le Moulin, La Valette-du-Var
04 94 23 36 49 lavalette83.fr

photo : Exposition L’oreille qui tombe, Frédérique Nalbandian, Le Moulin, La Valette-du-Var, 2016 © MGG/Zibeline