Vu par ZibelineRetour sur la 5e édition du Printemps de l'Art Contemporain qui a eu lieu à Marseille du 17 au 19 mai

Le PACte de confiance

Retour sur la 5e édition du Printemps de l'Art Contemporain qui a eu lieu à Marseille du 17 au 19 mai - Zibeline

3 jours, 3 parcours, 3 quartiers et un vrai coup d’éclat ! C’est désormais une réalité : la greffe du Printemps de l’Art Contemporain a pris tant du côté du public en progression constante (5 000 visiteurs en 2010, 14 300 en 2012 et plus de 19 000 en 2013) que des lieux (40 membres de Marseille Expos ou cooptés pour l’événement). Dont certains ne devraient pas tarder à intégrer le réseau à l’instar de la galerie Karima Célestin qui, en moins d’un an à La Plaine, s’avère être une vraie tête chercheuse. La preuve avec cette production collective où s’entrecroise Mustapha Sedjal dont les sculpture, dessin et vidéo usent de l’origami pour aborder le thème douloureux de l’exil, Félix Pinquier qui entretient «un rapport quasi typographique avec (ses) images associées aux sons», Cari Gonzalez Casanova qui évoque le Triangle des Bermudes, de la naissance du mythe à son rapport à la réalité. Ou encore la Straat galerie qui présente les Tas sériels de Nicolas Nicolini, jeune artiste marseillais installé à Berlin, objets «défigurés dans le cadre de l’expérimentation picturale».
Ainsi le PAC donne aux artistes l’occasion de dialogues féconds ! Cécile Beau et Mayura Torii (à l’affiche de l’expo Le Pont au Mac) investissent la galerie des Grands bains douches de la Plaine avec maestria tandis qu’à la galerie Territoires partagés, Lorraine Châteaux, Géraldine Py & Roberto Verde et Justin Sanchez tirent leur épingle du jeu de l’étroitesse du lieu en combinant formes et propositions. En solo show, Séverine Hubard casse la baraque à l’Histoire de l’œil avec l’installation d’un tunnel, Ni vu ni connu, reliant visuellement la rue au jardin intérieur par le jeu d’une passerelle en bois. Vidéos de ses performances et sculpture complètent cette proposition forte et singulière.
Impossible, donc, d’ignorer cette 5e édition qui tisse une toile bien visible à travers un parcours balisé de galeries en atelier (occasion rare de pousser la porte de Tohikebe, spécialiste de la sérigraphie, pour sa Carte blanche à Berdaguer & Péjus), d’institutions (Cirva, Cipm, Frac) en boutique (street art chez Agnès B. avec Dépaysement, escale 3 de Lek et Sowat), de maisons d’édition (Le Dernier cri avec Hollywoodoo et Panos, les éditions P avec Fournitures de Mathieu Provansal) en extérieur (Voyons voir-art contemporain et territoire)… Le petit plus du PAC ? Il donne le temps au public de se familiariser avec la création contemporaine dans toute sa diversité et sa vitalité -plus de 150 artistes- puisque certaines expositions jouent les prolongations jusqu’au 29 juin.

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI

Mai 2013

Le PAC a eu lieu du 17 au 19 mai à Marseille
Programme complet sur www.marseilleexpos.com

Photo : Félix Pinquier à la galerie Karima Célestin, en arrière-plan oeuvre de Mustapha Sedjal, PAC 2013 © MGG Zibeline