Vu par Zibeline

L'historien Patrick Boucheron dans ce qui n'est ni une conférence musicale, ni un concert commenté

Le Moyen Âge et ses échos

• 26 mai 2018 •
L'historien Patrick Boucheron dans ce qui n'est ni une conférence musicale, ni un concert commenté - Zibeline

Il a un sourire de joker malicieux et la tête d’historien médiéviste la plus puissante de ce XXIe siècle. En écoutant sa leçon inaugurale au Collège de France le 17 décembre 2015, le compositeur Bruno Allary a eu une révélation : il ferait appel à lui pour son prochain projet artistique. Patrick Boucheron a accepté. Après quelques péripéties, notamment pour boucler le budget de cette production hors normes de la Compagnie Rassegna, Contretemps est né dans un élan collectif. Le 17 mai, l’équipe présentait à la Cité de la Musique de Marseille ce spectacle étonnant mêlant musique, poésie, histoire, danse et iconographie, avant la première qui aura lieu dans le cadre du festival littéraire Oh les beaux jours !.

« Écoutez, ça vient de loin, ça va vers vous »… Quoi donc ? Le temps, et ses rebonds, du XIIIe siècle de Rutebeuf à nos jours, en passant par Léo Ferré, avec un leitmotiv, le canon O virgo splendens tiré du Livre vermeil de Montserrat. Un manuscrit médiéval dont il ne reste que trop peu de pages, le reste ayant brûlé… « C’est ainsi le Moyen Âge, un monde qui a presque entièrement disparu » scande sur scène l’historien, accompagné de Bruno Allary à la guitare électrique et d’Isabelle Courroy, magnifique instrumentiste que l’on jurerait venue des forêts profondes avec sa flûte kaval. Patrick Boucheron dit quelques vers en ancien français, que peu d’entre nous comprennent, mais la beauté de la langue suffit. Il explique se sentir pleinement dans son rôle d’historien sur scène : « si je compose un personnage, il n’est pas très éloigné de moi, il consiste à m’adresser à ceux qui veulent bien s’intéresser à mon récit ». En rédigeant le texte du spectacle « tardivement, je l’avoue, j’ai pu me mettre au service des airs et de la scénographie de manière très humble ». Ils sont totalement anachroniques ? Certes, mais de toutes façons, déclare-il avec une malice non dénuée de fermeté, il déteste la musique d’époque.

Le metteur en scène Laurent Gachet a voulu éviter toute forme d’érudition pédante ou d’affectation musicale ; au vu de l’extrait, c’est réussi. Le jour J, cinq danseuses d’inspiration contemporaine occuperont également le grand plateau du TNM La Criée, effectuant leur propre rebond sur les terres du féminin médiéval, en hommage aux poétesses et parfaites oubliées. Mais il insiste : « Personne n’illustre rien, et pourtant c’est très cohérent. Il s’agit d’une expérience sensorielle, construite comme un opéra, avec un prologue et quatre actes ». Une expérience venue de loin, conçue avec les échos du temps.

GAËLLE CLOAREC
Mai 2018

Contretemps
26 mai
La Criée, Marseille

Photo : © Christophe Raynaud de Lage


Cité de la Musique
4 rue Bernard Dubois
13001 Marseille
04 91 39 28 28
http://www.citemusique-marseille.com/


La Criée
30 Quai Rive Neuve
13007 Marseille
04 91 54 70 54
http://www.theatre-lacriee.com/