Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

Ensemble Ensemble, création brillante et énigmatique de Vincent Thomasset, à l'ouverture d'ActOral

Le menuet des sens

Ensemble Ensemble, création brillante et énigmatique de Vincent Thomasset, à l'ouverture d'ActOral - Zibeline

La 17e édition d’ActOral s’est ouverte le mardi 26 septembre au Théâtre du Gymnase avec une création lumineuse, rigoureuse et emblématique au fond de ce pourquoi le festival existe : faire parler les corps avec et sans les mots. Qui sont ces quatre-là (trois danseurs, une comédienne) ou plutôt ces deux paires posées sur la scène à dialoguer ou à se taire, à se déplacer un peu de biais, jamais vraiment en face ou en place même si l’autre interpelle ou assigne son partenaire d’un impérieux « je te parle » ? De leur costume noir on remarque assez vite qu’il n’est pas leur uniforme, l’un a des manches longues, l’autre laisse passer les bras ou dessine un corsage plus féminin, frêle individuation et fragments d’identité ; la lumière saura se saisir de l’éclat des peaux, fera vibrer les mains et les visages et l’ombre brouillera les pistes. Qui parle ? la voix sonorisée circule avec un léger décalage et parfois l’un prend la parole de l’autre et lui laisse le mouvement des lèvres ou la bouche close ; ça s’appelle échanger, il est question de carnets trouvés dans un vide-grenier, d’histoires familiales ou de tirades qui sonnent grand-siècle, de schizophrénie peut-être… avec rigueur et précision l’énigme est en marche comme une pensée qui se faufile vers un point sensible très loin ; Ensemble Ensemble peut ainsi se dire à l’infini sans altération. La musique est là aussi, empruntée et rendue ; du clavecin amplifié, en somptueuse nappe sonore (le Vertigo du Noise Consort) qui tapisse ou que tapissent les mouvements ; comme dans la gestique baroque, le geste précède légèrement l’énonciation de l’affect et le souligne avant son apparition ; Vincent Thomasset, brillamment, a conçu un spectacle total et euphorisant où tout est nécessaire comme dans cette question persistante, longtemps après que l’on a quitté la salle « combien de lettres pour dire « tout ce que je veux dire » ? »

MARIE JO DHO
Septembre 2017


Théâtre du Gymnase
4 rue du Théâtre Français
13001 Marseille
08 2013 2013
http://www.lestheatres.net/