Vu par Zibeline

Le Batsheva Ensemble d’Ohad Naharin subjugue le Pavillon Noir

Le jeu, la danse, la vie…

Le Batsheva Ensemble d’Ohad Naharin subjugue le Pavillon Noir - Zibeline

Le grand studio du Pavillon Noir ceint de son carré de chaises et de bancs, offrait aux jeunes danseurs du Batsheva Ensemble la disposition scénographique propre à la pièce Kamuyot, créée pour eux en 2003 par Ohad Naharin. Les danseurs sont assis au milieu du public. Silence… scène vide, attente…l’un se lève, puis un autre, retournent à leurs places. Improvisations arrêtées par un cri, mouvement figé, l’ensemble reprend, comme dans les jeux de pantomime enfantins. Les corps suivent courbes et lignes, rivalisent de vélocités acrobatiques, vagues emportées, ponctuées d’accalmies. Regards, mains tendues, mains serrées des spectateurs, dont certains sont conviés à reprendre les gestes sur une scène devenue lieu d’échange, de partage de rencontre complice. Car la magie indéniable de ce spectacle tient à cela, outre la virtuosité des quinze jeunes danseurs, la variété des tableaux, à cet accord évident entre les êtres. Harmonie. On se prend à rêver d’un monde où s’effacent les barrières, chaleureux, comme cette danse qui semble puiser son énergie dans la vérité de ses interprètes, jusque dans leurs exagérations, repoussant les limites, étirant les corps, les disloquant, éloignant sans cesse les frontières du possible. On passe de l’univers du conte à celui du manga, du dance-floor, des mythes du classique et du contemporain, sur des musiques qui jonglent entre reggae, séries cultes, pop japonaise… l’inventivité des mouvements, leur infinie variété fonde un autre mode d’approche de la danse, qui plus que jamais est expression de l’âme, du rapport à soi et au monde. Exubérante énergie, profondeur, espièglerie, tout se conjugue pour un art jubilatoire qui semble renouer avec une vérité première. Chacun, et peu importe l’âge, en est ressourcé. La danse en art de vivre ? Ici, pleinement !

MARYVONNE COLOMBANI
Mars 2016

Le spectacle Kamuyot a été donné au Pavillon Noir du 26 au 28 février.

Photographie © Gadi Dagon


Pavillon Noir / Ballet Preljocaj
530 avenue Mozart
13627 Aix-en-Provence
08 11 02 01 11
http://www.preljocaj.org/