Vu par Zibeline

Le son des années 50 au Festival de jazz de Gréoux

Le jazz en art de vivre

Le son des années 50 au Festival de jazz de Gréoux - Zibeline

Cheveux plaqués en arrière, sourire communicatif, verve musicale et verbale, David Costa-Coelho emmène le public et ses musiciens, The Smoky Joe Combo, dans l’univers déjanté du rhythm’n’blues, sur les traces d’une impressionnante « collection de Louis », Louis Armstrong, Luis Prima, Louis Jourdan, auxquels s’ajoutent Cab Calloway, Georges Lewis et des compositions personnelles. Dès le premier morceau, le ton est donné, Sho’Nuff, (pour sure enough), marque des racines populaires du blues. L’inépuisable gouaille du chanteur s’attache à l’imitation bluffante de la voix de Louis Armstrong, éraillée à souhait, en un rythme qui swingue. On a bien du mal à rester assis, les pieds marquent les temps, les fauteuils s’agitent… I’m crasy ‘bout my baby, Jeepers Creepers, A Wonderfull world… pièces du répertoire de la New Orléans, offrent des temps d’improvisations brillantes aux divers instruments, piano, contrebasse, saxo, trombone, guitare, tandis que la voix de David Costa-Coelho s’emporte en variations multiples, scat, contre-chants. La frivolité se teinte parfois de gravité, évoque l’hommage que Louis Armstrong rendit à l’Afrique. Il fut le premier Afro-américain à prendre conscience que les origines du jazz plongeaient en Afrique, et il se rendit sur ce continent en 1956, au Ghana puis dans d’autres pays comme le Congo-Kinshasa. On se déplace ensuite en Italie, où chacun peut répéter « ti voglio bene », une pointe d’Espagne tangue, puis l’on revient aux classiques, Everybody knows du saxophoniste Johnny Hodges, l’inévitable I’m just a gigolo, le concert s’annonçait « vintage » ! Le public debout ovationne le groupe qui revient pour une ballade, et l’endiablé Five months, two weeks, two days de Louis Prima. La quatrième édition du Festival de jazz de Gréoux, une grande cuvée assurément !

MARYVONNE COLOMBANI
Septembre 2018

Concert donné le 20 septembre, dans le cadre du Gréoux Jazz Festival au Centre de Congrès l’Etoile, Gréoux-les-Bains

Photographie : © Patrick Bourcelot