Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Mai 68 évoqué avec pertinence dans une mise en scène de Philippe Chuyen

Le Général et l’étudiant

• 25 juillet 2018⇒29 juillet 2018 •
Mai 68 évoqué avec pertinence dans une mise en scène de Philippe Chuyen - Zibeline

En cette année anniversaire de la révolution de Mai 68, Philippe Chuyen met en scène une pièce qui rappelle un moment crucial de l’aventure gaullienne : la visite du Général, le 29 mai, au Général Massu (surprenant Thierry Paul) qui dirige les forces françaises d’occupation en Allemagne, à Baden-Baden. On sait que leurs rapports étaient souvent tendus ; néanmoins il semble que Massu ait convaincu De Gaulle de retourner à Paris malgré un découragement sensible. « Je ne suis pas venu faire une visite de courtoisie…ma voix ne porte plus. », avoue-t-il. Ce moment de la pièce est précédé d’un documentaire projeté en fond de scène qui montre l’ancien aide de camp de De Gaulle, l’Amiral Flohic, témoin attentif du Général, âgé maintenant de 98 ans, interviewé par Philippe Chuyen et José Lenzini, romancier et historien. Puis sur un plateau presque nu, la silhouette de François Cottrelle s’impose avec une vérité et une force remarquables. Le comédien, même s’il est plus petit que le président, impressionne par sa justesse, sa vérité avec ce qu’il faut de faiblesse et de doute, et sa faculté à restituer l’énergie et l’humour dont son modèle était capable. Blanche Bataille, dans le rôle d’Yvonne, le suit comme son ombre, témoin quasiment muet qui amuse par les remarques familières qu’elle adresse à son illustre époux entre deux rangs de tricot. Deux moments forts : le dialogue De Gaulle/Massu à propos notamment de Pompidou (interprété aussi par Thierry Paul) alors premier ministre, et celui avec Cohn-Bendit. Car l’aspect très intéressant du texte est d’avoir imaginé une rencontre entre ces deux « vedettes » de Mai 68. Le comédien, Morgan Defendente, intervient depuis la salle en apostrophant aussi bien le personnage de De Gaulle que le metteur en scène du spectacle. Le public croit vraiment à l’intervention d’un spectateur critiquant le contenu même, le parti-pris et le point de vue des auteurs. Remous dans la salle ! Cela ajoute évidemment au plaisir de ce spectacle bien ficelé avec des projections en noir et blanc d’images des manifs étudiantes ou de l’herbe couchée par l’hélicoptère qui transporte De Gaulle et sa femme sur fond de musique des Rolling Stones. Le spectacle s’arrête après la réponse négative au référendum proposé aux français et le communiqué laconique de 18 mots de De Gaulle qui part en Irlande et laisse la France face à son destin.

CHRIS BOURGUE
Juillet 2018

De Gaulle 68, la révérence de la Cie Artscénicum se donne au Festival Off d’Avignon à Présence Pasteur les 25, 27 et 29 juillet

Photographie : De Gaulle 68 © Cie Artscénicum