Le Fest’hiver 2016, bon cru avignonnais !

Le festival qui réchauffe l’hiverVu par Zibeline

Le Fest’hiver 2016, bon cru avignonnais ! - Zibeline

Le Fest’hiver a ensoleillé les théâtres d’Avignon : un avant-goût de déambulation spectaculaire avant le bouillonnant été !

Cinq spectacles de compagnies régionales ont parcouru les Scènes d’Avignon soudées autour de ce projet commun cohérent et vivifiant. Manquait à l’appel de ce réjouissant rassemblement la danse, grande absente de cette 8e édition.

Au Théâtre des Halles, c’est l’histoire initiatique d’un « pantin qui voulait être autre chose », admirablement revisitée, qui a ouvert la semaine théâtrale. Dans Les Aventures de Pinocchio, on suit dans son épopée pourtant familière cette attachante marionnette, et son double de chair animé bondissant, qui nous déplace dans l’artisanat d’une BD vivante. Des personnages adroitement incarnés, des images numériques précises qui servent sans affectation l’imaginaire, un plaisir du jeu communicatif, pour une pièce graphique réglée avec soin : Frédéric Garbe et L’autre Compagnie ont renouvelé les couleurs de la fable !

Au Chêne Noir, la compagnie corse 1er Acte a présenté Les monologues du brocciu, un seul-en-scène existentiel de Daniel Delorme. Son personnage bipolaire et hypocondriaque, amateur de littérature, prend la parole dans un groupe (de 200 spectateurs !) en thérapie, pour raconter ses passions inassouvies. Derrière les montagnes russes de la confession aux jeux de mots et calembours parfois réchauffés, percent les rêves d’acteur d’un stand-uper qu’on aimerait voir jouer, sans rire, les mots de Molière ou Rostand auxquels il fait impétueusement référence. Beau tour de chant que ce Gainsbourg Confidentiel par Les Musiciens Associés, réunis au Chien qui Fume autour du récit de Jean-François Brieu sur les années jazz, et de dèche, de l’homme à la (future) tête de chou. Accompagné par un duo musical solide, Stéphane Roux s’est fondu avec élégance dans le rôle-titre et ses chansons casse-gueules. Un fauteuil en skaï, un lampadaire vintage, un nuage de fumée, et nous voilà à la fin des années 50 dans les mélodies nouvelle vague entêtantes et l’angoisse des lendemains qui déchantent du « joli cœur de la chanson française », avant la légende Gainsbarre.

Mêlée également au récit en toute délicatesse, de la chanson avec Christina Rosmini au Balcon dans El nino Lorca : un bel hommage sur les « poussières d’étoiles déposées sur l’enfance » du poète assassiné Garcia Lorca (lire chronique sur journalzibeline.fr https://www.journalzibeline.fr//critique/aux-sources-de-lenfance).

Pour finir, Bidoch’ Market par la Cie Eclats de Scènes, sur un texte de Michel Bellier monté par Joëlle Cattino, a énergisé le Théâtre des Carmes. En bonimenteur exalté, Christian Mazzuchini, sur une musique puissante de guyrOOts, a mené tonitruant cette farce tragique autour du travail et d’une société nourrie à la compétition. Si le message de « combat social » pouvait se flouter dans la caricature clownesque, la scénographie circassienne, l’engagement des comédiens, la volonté d’en découdre avec le politique et de réfléchir à la dignité des travailleurs, ont amené à une réflexion salutaire. Une pièce un brin brouillonne, sauvée par son humour et sa punkitude rafraîchissante… autour d’un sujet très sérieux !

DELPHINE MICHELANGELI
Février 2016

Le Fest’hiver a eu lieu à Avignon du 27 janvier au 3 février

Photo : Les monologues du Brocciu © X-D.R.

Théâtre des Carmes
6 place des Carmes
84000 Avignon
04 90 82 20 47
http://www.theatredescarmes.com

Théâtre des Halles
4 rue Noël Biret
84000 Avignon
04 90 85 52 57
http://www.theatredeshalles.com/

 

Théâtre du Balcon
38 Rue Guillaume Puy
84000 Avignon
04 90 85 00 80
http://theatredubalcon.org/

Théâtre du Chêne Noir
8 bis rue Sainte-Catherine
84000 Avignon
04 90 86 58 11
www.chenenoir.fr