Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

Le Falstaff de Verdi, mis en scène par Jean-Louis Grinda, à l’Opéra de Monte-Carlo

Le Dindon de la Fable

Le Falstaff de Verdi, mis en scène par Jean-Louis Grinda, à l’Opéra de Monte-Carlo - Zibeline

Avec Falstaff, Verdi signait son tout dernier opéra, fruit de différentes traditions littéraires et musicales, ouverture sur un autre monde. Le compositeur réussissait alors sa seule incursion dans le registre buffa en s’emparant des Commères de Windsor et en insufflant à sa musique une légèreté mais aussi une étrangeté bienvenues, directement puisées chez Shakespeare. Jean-Louis Grinda a su saisir, dans cette mise en scène créée à Monaco en 2010, et jouée depuis, entre autres, à l’Opéra de Marseille en 2015, ce joyeux mélange entre créativité et modestie, entre regain de vie et désir testamentaire. Au beau milieu des décors de Rudy Sabounghi, figurant ces immenses livres et leurs pages à tourner ou à réécrire, les personnages deviennent, sous sa direction, des animaux : la farce se métamorphose ainsi habilement en fable. Les retournements de situation, jeux de masques et autres acharnements punitifs y trouvent un retentissement allégorique bienvenu. En fosse, Maurizio Benini colore sans peine une masse orchestrale inventive et riche, entre tradition italienne, flux continu wagnérien et accents straussiens, particulièrement bien rendus par Vannina Santoni et son très beau « Sul fil d’un soffio etesio ». Enea Scala campe avec corps et humour son Fenton. Les aînés ne sont pas en reste : Jean-François Lapointe et Anna Maria Chiuri font également forte impression. Le solide Chœur de l’Opéra, rassemblé dans un déguisement de chenille de plusieurs mètres de long au dernier acte, trébuche quelque peu lors de ses virages mais demeure imperturbable. C’est enfin le sublime Nicola Alaimo qui explose l’applaudimètre : il faut dire qu’il s’empare avec une aisance et une grâce incroyable de son rôle de volatile empâté et des défis de sa partition. Un chant du coq comme on en entend peu !

SUZANNE CANESSA
Janvier 2019

Falstaff a été donné les 25, 27, 29 & 31 janvier à l’Opéra de Monte-Carlo

Photo : (Falstaff) Nicolas Alaimo © X-D.R.