« La cinquième saison », nouvelle création de Christian Ubl, en résidence au théâtre Durance

Le cinquième élémentVu par Zibeline

« La cinquième saison », nouvelle création de Christian Ubl, en résidence au théâtre Durance - Zibeline

Échappant à la mesure commune des quatre saisons, la nouvelle proposition du chorégraphe Christian Ubl en invente une cinquième dans laquelle sa compagnie, CUBe, s’investit avec passion et humour. Le théâtre Durance l’accueille dans le cadre de La Petite Fabrique qui englobe ses activités hors programmation, dont les temps de travail des artistes en résidence dans ses murs, accompagnement précieux à une création artistique de plus en plus fragilisée. La compagnie CUBe offrait ainsi une étape de travail de son nouveau projet, La cinquième saison, et partageait ses doutes ainsi que l’avancée de ses réflexions avec le public. Des masques disposés sur chaque siège de la salle attendent les spectateurs qui sont invités à les porter, puis à participer aux manifestations joyeuses d’une troupe aux élans adolescents, en effectuant des gestes des mains, des bras, du corps tout entier. Cette séquence filmée par un portable monté sur une canne à selfie servira ensuite de toile de fond, miroir d’une société aux apparences fantasques, bientôt stylisée, modifiée par des traitements de couleurs, de formes, grâce au subtil travail du vidéaste Romain Coissard. La fête du Carnaval s’empare des danseurs qui, chacun, en interprètent les rythmes, frénésie d’une samba, ostinato d’une musique techno, liés dans les compositions originales de Romain Constant. Se dessinent des leitmotive, des séquences récurrentes, la folie désordonnée du carnaval s’orchestre. L’ordre et le désordre se découvrent de paradoxales accointances dans cette représentation baroque du monde. Les danses populaires deviennent matière chorégraphique et collective. L’éphémère du décor, la fuite inexorable du temps, laissent sourdre une inquiétude métaphysique que le carême viendra conclure, la folie débridée s’assombrit tandis que s’immisce, porté par la voix aérienne du contre-ténor Mathieu Jedrazak, le lied de Gustav Mahler, Ich bin der Welt Abhanden gekommen (« Je suis coupé du monde »), qui mène à une solitude où se concentre l’essence de l’être « seul dans [son] chant ».

MARYVONNE COLOMBANI
Septembre 2020

La cinquième saison a été donnée le 24 septembre au théâtre Durance, Château-Arnoux-Saint-Auban

Photographie : La cinquième saison © Camille Wehrlé

Théâtre Durance
Avenue des Lauzières
04160 Château-Arnoux-Saint-Auban
04 92 64 27 34
http://www.theatredurance.fr/