Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Le cinéma de Chantal Akerman, documentaire de Marianne Lambert au Festival de Films de femmes de Créteil

Le cinéma de Chantal Akerman

• 18 mars 2016⇒27 mars 2016 •
Le cinéma de Chantal Akerman,  documentaire de Marianne Lambert au Festival de Films de femmes de Créteil - Zibeline

Du 18 au 27 mars se tient le  38ème festival Films de Femmes de Créteil qui rend hommage à deux cinéastes récemment disparues, Solveig Anspach et Chantal Akerman dont  trois  films ont été présentés : son dernier opus, No home movie , sa comédie musicale Golden Eighties (1986) ainsi que Les Rendez -vous d’Anna (1978) en présence de son interprète principale, la lumineuse Aurore Clément.

Pour compléter cet hommage, I don’t Belong Anywhere – Le cinéma de Chantal Akerman  réalisé par Marianne Lambert qui connaissait la cinéaste belge depuis 1993 ayant fait la régie de Portrait d’une jeune fille de la fin des années 60 à Bruxelles, et  collaboré sur La folie Almayer en 2010. Découvrant un film de la collection « Cinéastes d’aujourd’hui » de la Cinémathèque de la Fédération Wallonie-Bruxelles, On the road again, le cinéma de Bouli Lanners, elle propose aux producteurs de réaliser un documentaire. La relation complice avec Chantal Akerman facilite, bien sûr,  le projet dont le cahier des charges impose de parler de cinéma.

Et  c’est chose faite ! Aussi bien dans les conversations  avec la cinéaste qui parle de son rapport à l’image, au temps, – « Je veux que dans mes films, les gens sentent le temps passer »-, à sa mère, – « Dans Jeanne Dielman , je ne sais pas si j’ai parlé pour ou contre ma mère »- de son regard sur le monde, que par  les extraits de films, Je, tu, il, elle (1974), News from home (1976), La folie Almayer (2010), Toute Une Nuit (1982), Les Rendez vous d’Anna, D’Est (1993), Là-bas (2006) et Sud (1999). Aussi bien en suivant son travail avec sa monteuse Claire Atherton qu’en écoutant Gus Van Sant témoigner de l’influence de la cinéaste sur sa manière de cadrer, ou encore Aurore Clément, une de ses actrices fétiches évoquer leur collaboration harmonieuse et complice.

Ces entretiens sont filmés dans des villes  emblématiques, Paris, New York et Bruxelles, choisis en écho avec certains  lieux des films comme Aurore Clément dans un hôtel de Bruxelles  ou le café  de Toute une nuit, ce qui contribue à la fluidité de ce documentaire, limpide, qui donne envie de (re) voir toute l’œuvre de la cinéaste.

Et c’est sur un clin d’œil à Charlie Chaplin et à la dernière scène des Temps Modernes que se termine  le film sur ce « vieil enfant », dédié à celle qui était le « le centre de son œuvre », sa mère, Natalia.

ANNIE GAVA
Mars 2016

Films de Femmes
01 49 80 38 98
www.filmsdefemmes.com

Photo © Artémis Productions