Vu par Zibeline

Quatre jeunes auteurs de la nouvelle vague coréenne aux Ecritures Croisées

L’art du renouveau

Quatre jeunes auteurs de la nouvelle vague coréenne aux Ecritures Croisées - Zibeline

Les Écritures croisées, dans la foulée des Bruits du monde, invitaient quatre jeunes auteurs coréens qui renouvellent une certaine vision de la littérature coréenne. Après un siècle douloureux d’histoire où les écrivains s’y sentaient dépossédés, orphelins de leur histoire, la «nouvelle vague» est influencée par les thématiques modernes et mondiales : dans ces romans il est question d’urbanisation, de violence, des relations de couple, avec les enfants, avec les autres, difficultés matérielles, du chômage… Les auteurs présents se plient à tour de rôle au questionnement de Jean-Claude de Crescenzo, maître de conférence à l’Université d’Aix-Marseille, responsable des écritures coréennes et chercheur à l’Institut de Recherche sur l’Asie (Irasia).

Kim Aeran conjugue situations tragiques et humour débridé. Elle s’intéresse dans ses œuvres au délitement de la famille (une institution en Corée, qui s’effrite depuis une trentaine d’années). Selon elle, «l’humour met à distance la souffrance», tandis que Pyun Hye-young  affectionne une écriture sombre et glauque inspirée par la pandémie du SRAS ou le tremblement de terre au Japon. Kim Jung Hyuk s’attache à la remise en cause de toutes les normes imposées aux individus dans un monde corseté, de plus en plus utilitariste. Han Yu-joo, invitée par l’université d’Aix-Marseille, en résidence de septembre à décembre dans le cadre du LIT Korea1, explore les limites du langage, construisant une réflexion sur l’écriture à l’intérieur de l’histoire.

Les traductions d’un trait rythment les interventions et les lectures qui permettent au public composé d’un grand nombre d’étudiants en Coréen, de s’imprégner de la musicalité de la langue. Du coréen au français et réciproquement… l’entreprise est ardue, il n’y a que trois temps en coréen, il faut repenser sa propre langue et son appréhension temporelle du monde pour comprendre cette littérature, qui ouvre un champ tout à fait passionnant.

MARYVONNE COLOMBANI

Octobre 2012

 

1 LIT Korea : Literature Translation Institute of Korea

 

Cette rencontre a eu lieu le 25 octobre à Aix, Cité du livre, dans le cadre des Écritures croisées