Le Quatuor Hagen au Grand Théâtre de Provence

L’art du médiateurVu par Zibeline

Le Quatuor Hagen au Grand Théâtre de Provence  - Zibeline


Boucourechliev avait souligné avec beaucoup de pertinence la place croissante prise par l’interprète à l’époque classique : «La sonate exige… la collaboration active du tiers, à qui incombe de parachever son accomplissement en tant que musique vivante.» Ainsi, de la rencontre entre un compositeur de génie et un interprète de génie, naît l’œuvre dans toute sa plénitude. Et cette rencontre eut lieu, en cette soirée du 22 janvier au GTP, entre Beethoven et le magistral quatuor Hagen. Les trois quatuors du compositeur, résolument tournés vers l’avenir, dynamisés par les forces du progrès, ont fait éclater tous les codes et us de l’époque. À coups de déflagrations, de chocs sismiques, Beethoven fit exploser les paramètres du son, la tonalité vacilla secouée par des résolutions anomales. C’est cela qui jaillit sous les crins de la colère du quatuor autrichien, toute la modernité de ce langage, toute cette beauté sauvage. Dans le creux invisible laissé par le maître, les membres du quatuor, dans une palette de nuances inouïe allant du pppp au ffff, dans un même élan et un même souffle, firent jaillir l’essence de l’œuvre, en quête perpétuelle d’une vérité à jamais inaccessible.

Le 22 janvier

CHRISTOPHE FLOQUET

Janvier 2013

Grand Théâtre de Provence
380 Avenue Max Juvénal
13100 Aix-en-Provence
08 2013 2013
http://www.lestheatres.net