Vu par Zibeline

Sous la peau, nouvelle pièce de la chorégraphe Nathalie Pernette

L’amour sur un plateau

Sous la peau, nouvelle pièce de la chorégraphe Nathalie Pernette - Zibeline

La nouvelle pièce de Nathalie Pernette, créée au Merlan, est un acte de foi dans les corps, le mouvement, le contact, le plaisir. Sous la peau met en danse deux hommes et une femme : Lucien Brabec, Vincent Simon et Aimée Lagrange, interprètes aux personnalités affirmées et à la technique impeccable, évoluent dans des espaces cadrés, comme si la lumière délimitait des aires de jeux et de rencontres amoureuses. Les corps se donnent, sensuels, à une exploration de l’autre, consentie la plupart du temps, forcée parfois, comme en écho à l’actualité qui nous interroge : à quel moment le contact avec un autre corps nous convient-il, nous surprend-il, nous violente-t-il ? La danse de séduction, de désir, affleure, les corps se touchent sur tous les modes, ludiques, caressants ou impétueux, mais la plupart du temps la sensualité semble émaner d’un plaisir à danser pour soi, en même temps que l’autre, et rarement en symbiose avec lui : le contact naît de l’étonnement. Et les mouvements amples, dynamiques, invoquent le plaisir mais provoquent l’épuisement. L’apaisement ? La musique de Franck Gervais tisse des temps haletants, des parenthèses calmées, des superpositions, des silences que les souffles et les cris habitent. Entre les trios, duos, solos des trois corps, des saynètes plus théâtrales : un long déshabillage qui n’a rien d’un striptease, où les corps engoncés dans d’innombrables couches d’habits s’en défont comme autant de pelures d’oignons, pour parvenir à la chair ; un concert de bruit buccaux et corporels qui évoquent une relation sexuelle en coulisse, puis sont exécutés froidement (et ironiquement !) face au public comme des bruitages sans connotation. C’est drôle et, même si elle paraît un peu décalée, la scène concrétise une des questions qui traverse la pièce : que percevons-nous, spectateurs/voyeurs, de la danse amoureuse ?

AGNÈS FRESCHEL
Février 2017

Sous la peau a été créé au Théâtre du Merlan, Marseille, les 11 et 12 janvier

Photo : -c- Michel Petit


Théâtre le Merlan
Scène Nationale
Avenue Raimu
13014 Marseille
04 91 11 19 30
http://www.merlan.org/