Vu par Zibeline

Le Grand Ménage de Printemps, chaleureux festival du Luberon

L’amour à Cucuron

Le Grand Ménage de Printemps, chaleureux festival du Luberon - Zibeline

Le grand ménage de printemps, festival des arts en espace public du Sud Luberon, a eu lieu du 19 au 22 avril, avec une programmation plus inégale que lors des éditions précédentes. Sans doute parce qu’il accueillait plusieurs tout jeunes spectacles, à peaufiner, comme Parrêsia #2 du collectif Bonheur Intérieur Brut, ou EkivokE, de Micro Focus.

Mais deux propositions ont marqué les esprits. Dans un verger, sous une pluie de pétales – la floraison des cerisiers étant bien avancée – les auditeurs de BoxSons, média audio créé par Pascale Clark et Candice Marchal, ont découvert un reportage enregistré dans une école scolarisant des migrants à Ivry-sur-Seine. Les nombreux enfants assis sur l’herbe, très attentifs, ont posé de multiples questions au réalisateur venu le présenter, Hayati Basarslan. Des habitants du Luberon apportant leur propre témoignage : à La Tour d’Aigues, on se relaie auprès d’une famille de migrants pour un coup de main administratif ou les accompagner chez le médecin. « Les politiciens disent toujours que les français ne veulent pas les accueillir, mais à chaque fois que l’on va quelque part on voit qu’ils se mobilisent et font ce que ne fait pas l’État », confirme le journaliste. Devant le succès de ce temps d’écoute, Romaric Matagne, qui coordonne le festival, explique son intention de poursuivre un travail sur la façon dont le son circule dans l’espace public : « C’était un premier fil à tirer, pour voir où ça va… »

Autre ambiance, très poignante elle aussi mais d’une vitalité plus adaptée à la rue, avec Quizas de la Cie Amare. Deux danseuses-comédiennes explosives (Maëva Lambert et Amandine Vandroth) ont réussi l’exploit de soulever le thème éculé du sentiment amoureux, en récoltant des récits anonymes au fil de leurs résidences. Maëva Lambert raconte avoir été surprise, dans les cités du Nord, de découvrir que les enfants de familles monoparentales, très nombreuses, grandissent sans rêver à l’amour, tant il est associé pour eux à des disputes et séparations. Un spectacle drôle et profond, ponctué de textes d’André Gorz, Roland Barthes ou Henri Laborit, auquel on pressent un bel avenir.

GAËLLE CLOAREC
Avril 2018

Le Grand Ménage de Printemps s’est tenu à Cucuron, Vaugines et Cadenet du 19 au 22 avril.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos : Les amoureux de Cucuron et Auditeurs de BoxSons -c- G.C.