Le(s) Visage(s) de Franck se dévoilent au festival Off d'Avignon du 4 au 26 juillet

L’affranchi se ment !Vu par Zibeline

• 4 juillet 2015⇒26 juillet 2015 •
Le(s) Visage(s) de Franck se dévoilent au festival Off d'Avignon du 4 au 26 juillet - Zibeline

Un conférencier règle son pupitre, son micro, sa cravate et nous fixe, tranquillement, de son regard bleu aiguisé pendant que Bowie termine son couplet. Du questionnaire amoureux à l’entretien d’embauche, Franck affute son vocabulaire, jongle avec ses petites tricheries et ses oublis volontaires, en 7 minutes, rentabilité oblige ! En parfait modèle de l’homme social contemporain, il aspire à trouver à la fois amour, coloc’ et job idéal. Lumière large et son puissant laissent l’étau se resserrer autour de la figure de plus en plus inquiète de Franck, l’affranchi à la franchise bafouée. «Travailler plus pour penser moins», derrière les slogans qui s’égrènent et l’asservissent, le moule dans lequel il se projetait se fendille pour qu’éclaboussent les pathologies de la souffrance au travail, et de la crise, thème central de la commande préliminaire faite à la Cie l’Individu par le Théâtre de la Cité pour la Biennale des Ecritures du réel 2012. Terrible machine à broyer, cette comédie humaine admirablement écrite par Charles-Eric Petit est aussi l’occasion de découvrir une performance d’acteur portée par François-Dominique Blin, un ancien commercial qui ne chôme pas !
Invitée à l’issue d’une représentation donnée aux Rendez-vous de l’Entrepôt soutenus par la Région PACA (du 5 au 7 juillet), la psychanalyste du travail Marie Pezé a débattu sur les stratégies d’isolement des salariés mises en place par «le management du chaos». Passionnant et révoltant. Nécessairement révoltant !

DELPHINE MICHELANGELI
Juillet 2015

La pièce Le(s) Visage(s) de Franck se joue au Théâtre de l’Observance pendant le Festival Off d’Avignon jusqu’au 26 juillet

photo © Matthieu Wassik