Vu par Zibeline

La Sculpture contemporaine est en partage à la Villa Datris

L’ADN de la Villa Datris

• 6 mai 2016⇒1 novembre 2016 •
La Sculpture contemporaine est en partage à la Villa Datris - Zibeline

Cinq ans après son ouverture à l’Isle-sur-la-Sorgue, la Villa Datris puise dans ses expositions passées1 le socle de Sculpture en partage. À travers un melting-pot d’artistes fondateurs ou influents, renommés ou émergents qui composent sa collection, elle ébauche un tableau de ses choix et de ses engagements. Les pièces les plus anciennes côtoient les acquisitions les plus récentes et le résultat frappe les esprits par son caractère homogène. Analyse renforcée par la structuration thématique du parcours autour d’une centaine d’œuvres, tel un kaléidoscope de la sculpture contemporaine internationale.

Les coups de cœur de Danièle Kapel-Marcovici, Présidente de la Fondation Villa Datris, sont de toute évidence dédiés à la sculpture abstraite sous toutes ses formes, avec une inclinaison manifeste pour l’art optique et cinétique. Celui-ci sous-tend l’une des sections les plus importantes de l’exposition avec Vasarely, Yaacov Agam, François Morellet et Carlos Cruz-Diez. « Cap sur l’art américain : le minimalisme » offre un rapide flashback sur Archi-Sculpture qui mettait en évidence le bien commun des architectes et des sculpteurs : questions sur la circulation, l’interpénétration des espaces, l’élévation… La section « Nouveaux réalismes » avec Laurent Perbos, Vasconcelos et La Fratrie privilégie des formes plus libres et plus baroques quand Sol Lewitt introduit avec pertinence la thématique « Variations autour du vide » illustrée par Susumu Shingu ou Nicolas Sanhès. Le sous-sol de l’hôtel particulier abrite idéalement les œuvres de Tieri Lancereau-Monthubert, Béatrice Arthus-Bertrand et Chicharu Shiota réunies dans « États du monde ». En quête de sens, « La psyché » est un terreau fertile pour les découvertes comme l’alignement des scarabées sacrés de Nadia Kaabi-Linke et les sculptures immatérielles gravées dans la lumière de Caroline Tapernoux. Quelques pièces monumentales trouvent asile dans les jardins en bordure de Sorgue, jouant avec le vent, la réverbération et les variations du temps.

Ceux qui ont suivi pas à pas les expositions de la Villa Datris retrouvent leurs petits, mêlant la joie des retrouvailles à celle du « je ne m’en souviens plus », tandis que les novices embrassent un vaste panorama d’expressions et de concepts élaborés par une famille d’artistes trop rarement exposée : les sculpteurs.

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Août 2016

1 Sculptures plurielles, Mouvement et lumière, Sculptrices, Sculpture du sud et Archi-sculpture.

Sculpture en partage
jusqu’au 1er novembre
Fondation Villa Datris, L’Isle-sur-la-Sorgue
04 90 95 23 70
villadatris.com

Au premier plan Ania Borzobohaty au second plan Laurent Perbos Villa Datris in situ © MGG _ Zibeline