Mathurin Bolze et Karim Messaoudi défient la gravité dans une pièce d’une aérienne poésie, Barons Perchés

L’acrobate et son doubleVu par Zibeline

Mathurin Bolze et Karim Messaoudi défient la gravité dans une pièce d’une aérienne poésie, Barons Perchés - Zibeline

Avec son spectacle, Barons Perchés, Mathurin Bolze nous convie à suivre le deuxième volet de l’histoire commencée avec Fenêtres et son personnage Bachir. À l’instar de Côme, fils aîné du baron Laverse Rondeau, du conte d’Italo Calvino, notre personnage s’évade de la médiocrité de vies attachées à la loi d’une gravitation qui se voudrait universelle, faisant la démonstration de l’exercice plein de la liberté. Le cadre scénique se compose d’une cabane en bois, façade ajourée de larges baies, côtés aux nombreuses issues, portes (dont une en hauteur au milieu d’un mur), fenêtres, volets, trappe… la plus grande partie du sol est occupée par un trampoline. Bachir entre, de retour de voyage sans doute, renoue avec l’univers familier de sa maison, enlevant les draps qui ont protégé les meubles durant son absence. L’éclairage sobre, semble émaner simplement des diverses lampes, tandis qu’une radio égrène ses mots et ses musiques, situant le lieu dans un paysage urbain, vraisemblablement oriental, avec, au cours de l’histoire, lointaine, la chanson grecque à propos d’un amour perdu Gulbahar (Γκιούλμπαχαρ)… Le solitaire se voit rejoint par son double, ombre qui épouse ses gestes, les copie, les décale, s’échappe parfois, hors de contrôle, à l’instar de l’ombre d’un Peter Pan. Chutes, bondissements, voltes, vrilles, sauts, les figures gymniques deviennent danse aérienne, acrobatique poésie où les murs sont pris d’assaut où le vertige se fait ivresse… Fluidité des gestes, des corps, qui accorde une dimension onirique au quotidien. Le cirque ici est théâtre, danse, accompagné par un jeu de lumières et de sons d’une sensible délicatesse. Bachir, héros récurrent ? En espérant un nouveau voyage en apesanteur…

MARYVONNE COLOMBANI
Janvier 2016

Barons Perchés (Cie MPTA) a été donné au Bois de l’Aune, Aix-en-Provence le 23 et 24 janvier

Crédit photo © Christophe Raynaud De Lage

Théâtre du Bois de l’Aune
1 Place Victor Schoelcher
13090 Aix-en-Provence
04 88 71 74 80
boisdelaune.fr