La Voix d’Aida, dernier film de Jasmila Žbanić, en salles le 22 septembre

La Voix d’AïdaVu par Zibeline

• 22 septembre 2021⇒29 septembre 2021 •
La Voix d’Aida, dernier film de Jasmila Žbanić, en salles le 22 septembre - Zibeline

Bosnie. Juillet 1995 ; Les chars serbes, dirigés par le général Mladic, envahissent Srebrenica. L’hôpital est bombardé. Les habitants fuient, essayant de se réfugier dans la base de l’ONU, un immense hangar qui ne peut tous les accueillir. Aïda, professeure d’anglais et mère de famille bosniaque, a été recrutée pour servir d’interprète. C’est elle dont nous suivons le combat pour sauver son mari et ses deux fils. Car si la réalisatrice bosniaque Jasmila Žbanić (lauréate de l’Ours d’or en 2006 pour Sarajevo, mon amour) qui vivait à cette époque à Sarajevo, a pris soin, dès le début du film, de nous préciser que cette histoire est basée sur des faits réels, elle a construit son film comme un thriller, plongeant le spectateur dans la tension et l’attente d’un dénouement dont il connait hélas la fin. La caméra de Christian Maier ne lâche jamais son héroïne, qui est de presque tous les plans, toujours en mouvement, tentant jusqu’au bout l’impossible.

Quo vadis, Aida ? Aida siège à la table des négociations, traduit, espionne, court, se faufile partout. Traduire n’est ce pas tenter de comprendre l’autre, d’essayer d’y voir clair dans le chaos, de faire ressurgir les mots qui ont conduit à des accords… que les assiégeants ne respectent pas ? La Voix d’Aida–  le titre original Quo vadis, Aida ? était plus percutant- met chaque  spectateur dans l’interrogation : que ferais- je, moi, dans cette situation ? Tenterais-je comme Aïda de profiter de mon statut privilégié en tant qu’employée de l’ONU et de sauver ma famille ? Car elle ne cède pas, Aïda, même quand elle voit partir dans les bus, femmes et enfants, séparés des hommes, images qui rappellent des moments terribles. Même quand les autorités militaires de la FORPRONU se plient aux diktats des généraux serbes, elle lutte jusqu’au bout. C’est Jasna Đuričić qui incarne avec énergie et conviction cette héroïne courageuse et terrifiée, optimiste et  consciente que le pire peut arriver.. L’actrice serbe tient avec une force remarquable ce film au rythme effréné, à la tension extrême. La Voix d’Aida, dédié aux « femmes de Srebrenica et à leurs 8372 fils, pères, maris, frères, cousins, voisins tués »,  nous rappelle que malgré la fin de la guerre tout n’est pas encore réglé.

ANNIE GAVA
Septembre 2021

La Voix d’Aida, sélectionné en compétition à la Mostra de Venise, représentant la Bosnie Herzégovine aux Oscars 2021, sort en salles le 22 septembre

Photo © Condor Distribution