Critique: Cette nuit de Joachim Schnerf aux éditions Zulma
Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Cette nuit de Joachim Schnerf aux éditions Zulma

La traversée du désert

Cette nuit de Joachim Schnerf aux éditions Zulma - Zibeline

Un homme vieillissant, Salomon, s’apprête à fêter pour la première fois la Pâque juive sans sa femme, décédée deux mois auparavant. Cette mort bouleverse sa vie, le laisse désemparé. Aussi les souvenirs s’engouffrent-ils dans son esprit au fur et à mesure de la préparation de la soirée rituelle, évocatrice de la Sortie d’Egypte du peuple juif. Célébration traditionnelle aux codes immuables qui réunit la famille pour le repas, les textes à lire, les chants de la marche vers la liberté. Si vous êtes profane vous apprendrez la composition du Seder, repas rituel pour célébrer la Pâque, avec les plantes amères et le pain non levé appelé matsa, les quatre verres de vin… Salomon évoque dans le désordre sa rencontre avec Sarah, la naissance de leurs deux filles, leur mariage, l’arrivée des petits-enfants. Ces émotions sont néanmoins accompagnées d’ironie et d’humour décalé car son respect de la tradition ne l’empêche pas de porter un regard critique sur l’histoire et l’humanité. Ainsi, il aime particulièrement faire des blagues qui évoquent son internement à Auschwitz, il appelle cela son « humour concentrationnaire ». Il s’amuse aussi quand il doit gérer les malentendus entre ses filles, aux personnalités si différentes, et les « joutes » mémorables de ses gendres, dont l’un est séfarade, insouciant et jovial et l’autre ashkénaze névrosé. Cependant « l’écho de l’absence si fort et si lourd » de l’épouse aimée, de la mère regrettée, pèse d’autant plus que les sœurs ne s’entendent pas et que les mots de réconfort et de tendresse qui pourraient apaiser ne sont pas dits. La disparition de Sarah risque d’entraîner la dislocation du lien familial. Joachim Schnerf laisse sourdre l’inquiétude et la menace avec mesure et sensibilité. Peut-être se sent-il aussi dépositaire d’une « malédiction judéo-alsacienne » qu’il assume avec tendresse en souvenir des membres de sa famille ?

CHRIS BOURGUE
Février 2018

Cette nuit Joachim Schnerf
Éditions Zulma, 16,50 €