De l’ombre aux étoiles de Jonathan Châtel au Bois de l’Aune

La tentation de l’absoluVu par Zibeline

De l’ombre aux étoiles de Jonathan Châtel au Bois de l’Aune - Zibeline

Inspirée de la première pièce de Léonid Andreïev, Vers les étoiles (1905), l’œuvre de Jonathan Châtel (dont une première lecture sous forme d’extrait avait été donnée au Bois de l’Aune lors d’un Rebonds en 2019, à lire sur journalzibeline.fr), De l’ombre aux étoiles, nous entraîne dans « un espace-temps indéterminé » au sommet d’une montagne, lieu hors du monde où Andreï, astrophysicien, s’est exilé avec sa famille, fuyant les remuements du monde. Son fils aîné Alexandre a choisi de prendre part à la révolution aux côtés des insurgés… Entre la poésie éternelle des sphères où se projette le savant, et l’implication active dans les conflits, les idées s’affrontent : fascination pour « trous noirs » et « naines blanches », implication dans la vie terrestre… un parfum sartrien, déterminant l’homme par ses actes, vient s’opposer à l’attitude contemplative qui tente de s’extraire du temps présent et se perd dans les élucubrations mathématiques, et le vertige de l’immensité de l’univers. Les mystiques s’affrontent tandis que s’installe une certaine porosité entre fiction et mythologies personnelles. Tous sont happés par la tentation de l’absolu, s’y fondent en une démesure dionysiaque. Aspiration à la sainteté et au sacrifice, désir de projeter l’humanité dans de nouveaux commencements au cœur des étoiles… Les personnages ne se contentent pas seulement d’être des figures archétypales, mais sont d’une humanité bouleversante. Pierre Baux, Johanna Hess, Francesco Italiano, Mireille Roussel, Adrien Rouyard, sont d’une saisissante justesse, portant un texte superbement écrit, dans une mise en scène en épure (toujours Jonathan Châtel) qui se love dans le demi-cercle de hauts murs métalliques habités par un tableau mouvant qui nous dit le ciel, l’espace, dans une architecture qui rappelle les toiles de Nicolas de Staël. Les références à la peinture viennent ainsi en contrepoint à la quête d’une musique résumant l’univers, menée par le fils cadet d’Andreï dont la douleur se traduira par le cri muet de Munch… Rencontre tragique entre l’utopie et les limites humaines. Poignant.

MARYVONNE COLOMBANI
Janvier 2020

De l’ombre aux étoiles a été donné les 30 et 31 janvier au Bois de l’Aune, Aix-en-Provence

Photographie : De l’ombre aux étoiles © Marie Liebig

Théâtre du Bois de l’Aune
1 Place Victor Schoelcher
13090 Aix-en-Provence
04 88 71 74 80
boisdelaune.fr