«Une fêlure », troublant roman d'Emmanuel Régniez, aux Éditions Le Tripode

La réparationLu par Zibeline

«Une fêlure », troublant roman d'Emmanuel Régniez, aux Éditions Le Tripode  - Zibeline

Etrange texte que le troisième roman d’Emmanuel Régniez. Petit livre court, en quatre parties, chacune constituée de courts paragraphes (le plus petit fait deux lignes). Les premiers sont des instantanés d’une enfance heureuse et choyée. Partage de choses simples comme un verre de lait ou une rose sur l’oreille. Une enfance comme un « paradis », photographiée par le père. La mère du narrateur lui lit des contes, puis ce « petit prince » aura lui aussi sa bibliothèque personnelle, car les livres « aident à vivre dans le monde » tout comme la musique. Cependant ce charmant tableau ne correspond pas à la réalité…

Régniez rédige la deuxième partie, la plus longue, comme le négatif de la première. La mère est indifférente ; la famille maternelle est un ramassis d’alcooliques ; Le père a des amants et des maitresses, la mère prend donc aussi des amants. Le fils aîné surprend des conversations qu’il ne comprend pas mais le blessent. Il a « l’impression d’être brisé, quelque part de l’intérieur ». Le titre du roman évoque le texte de Francis Scott Fitzgerald, La fêlure (Folio), qui insiste sur l’aspect sournois de la rupture, de la faille intérieure. Ce que l’on appelle un cheveu pour la porcelaine. Quelque chose d’insidieux, qui ronge. Il se réfugie dans la littérature qui lui donne une posture, lui permet de draguer les filles, devient une imposture et lui, du coup, un imposteur quand il se met à l’écriture.

Aussi il recommence le récit sous la forme d’un conte cruel ; il creuse et met à jour les turpitudes, l’indicible, l’irracontable. La mère ogresse offre son sexe à son fils et devient aussi la Reine des neiges du conte de l’enfance dans un château de glace qui glace aussi le coeur. Le fils sombrera au plus profond mais renaîtra à la vie, à l’équilibre, et construira enfin sa vie propre et partagée.

Texte troublant qui résonne étrangement aujourd’hui avec tous les témoignages de viol et d’inceste, immenses fêlures qui obligent la société à ouvrir enfin complètement les yeux.

CHRIS BOURGUE
Avril 2021

Une fêlure
Emmanuel Régniez
Éditions Le Tripode, 13 €