Premier documentaire d’Hakim Atoui et Baptiste Etchegaray

La Première marcheVu par Zibeline

Premier documentaire d’Hakim Atoui et Baptiste Etchegaray - Zibeline

Il aura fallu attendre 2019 pour voir la Marche des fiertés enfin défiler en banlieue. Soit cinquante ans après ses balbutiements, au lendemain des évènements de Stonewall. L’initiative, lancée par Saint-Denis Ville au Cœur et portée par quatre étudiants, n’a pourtant pas toujours convaincu. Si le milieu associatif dans lequel évoluent les jeunes militants, ainsi que leurs interlocuteurs, semble davantage préoccupé par les questions de logistique que par celle de la pertinence d’un tel projet, une parole plus désabusée s’oppose à eux. Le bref passage de l’un des organisateurs, Yanis Khames, au micro d’Europe 1, rappelle les réserves auxquelles les militants ont pu se heurter : celle d’une certaine presse, mais aussi d’une certaine pensée politique, persuadée que la banlieue demeure le lieu de prédilection de l’homophobie. Cette pensée dont on ne sait si elle se refuse à concevoir l’homophobie dans ses propres rangs, ou à instrumentaliser plus cyniquement une lutte contre l’autre, fait du chemin. Une étude du Cevipof estimait, en 2016, que près de 33% des couples homosexuels se révélaient convaincus par le programme du Rassemblement National – soit autant que par celui des listes de gauche. Youssef, figure de proue de l’association, est un beau pied-de-nez à ces aprioris si nocifs : une preuve que l’on peut conjuguer nationalité marocaine, salaire minimum, studio à Saint-Denis, homosexualité et transidentité. Tout en conservant une joie de vivre contagieuse, que n’altère jamais une saine colère. C’est d’ailleurs sur la journée organisée par Youssef pour évoquer les dérives homonationalistes que le documentaire s’ouvre. Et c’est sur le grand succès de la marche qu’elle se referme.

SUZANNE CANESSA
Septembre 2020

La Première marche, de Hakim Atoui et Baptiste Etchegaray sortira le 14 octobre (70 minutes)

Photo © Outplayfilms