Nos conseils lecture de cet été

La plage et le page turnerLu par Zibeline

Nos conseils lecture de cet été - Zibeline

L’Ami

On échappe rarement à cette étrange scène. Quelques instants après l’arrestation d’un assassin notoire, chaque JT dénichera l’ami, le voisin, le collègue qui n’a « rien vu venir ». Celui qui affirmera que le tueur d’une dizaine de fillettes était on ne peut plus charmant, et que personne n’aurait jamais pu imaginer une chose pareille, est souvent l’objet de railleries. Tiffany Tavernier a choisi de lui consacrer un roman. Dense, poignant et toujours juste, L’Ami se dévore d’une traite parce qu’il mise non pas sur le mystère – l’arrestation du meurtrier précède l’intrigue – mais sur l’onde de choc qui suit. Sur la découverte, a posteriori, de tout ce qui n’allait pas chez ce Guy meurtrier, mais aussi et surtout chez Thierry, qui avait fait de Guy son meilleur ami et se sent, une fois cette amitié évaporée, complètement inapte au monde. La langue, simple mais belle, se met au service de ce personnage qui méritait bien, en effet, un roman.

Tiffany Tavernier, L’Ami, Sabine Wespieser, 252 p., 21 €



Komodo

La beauté écrasante de la nature va toujours de pair, chez David Vann, avec un danger imminent. Le lieu qui révèle les personnages à eux-mêmes est aussi celui qui peut réveiller leurs pires instincts. L’Île de Komodo, célèbre pour ses dragons cannibales, n’est ici qu’un littoral, une baie destinée à la plongée où se retrouvent Tracy, son frère et sa mère pour des vacances bien méritées. Si, pour la jeune femme, « Plonger se résume surtout à éprouver de l’inconfort et à essayer d’y remédier », les excursions de la petite famille réunie pour l’occasion seront aussi riches en moments de grâce qu’en violence, tour à tour larvée et déployée à la face du monde. David Vann excelle à rendre compte de ces petites déceptions et de ces impressionnantes saillies. Il est également le maître du suspense et, en un sens, de l’horreur psychologique. Komodo surprend cependant non pas par sa maîtrise, évidente, mais surtout par la sensibilité qu’il déploie. Un grand roman, en somme.

David Vann, Komodo, traduit de l’anglais par Laura Derajinski, Gallmeister, 288 p., 22,80 €



Des Larmes sous la pluie & Le Poids du cœur

L’auteure madrilène Rosa Montero jouit d’une célébrité immense dans son Espagne natale. Ses contributions régulières au quotidien El País depuis 1976, mais aussi et surtout son œuvre romanesque et novéliste, considérable, Elle parvient, grâce au travail des Éditions Métailié, à se faire enfin connaître à hauteur de son talent en France. Sa trilogie consacrée à Bruna Husky, fascinante répliquante errant dans le Madrid des années 2100, est d’une richesse incomparable, doublée d’un style particulièrement affûté. Immersif parce qu’au fond si proche, le monde qu’elle nous donne à voir sonne particulièrement juste. Le sens du détail, toujours signifiant, construit peu à peu les contours de cette Terre peuplée d’androïdes, d’extra-terrestres et d’humains bien peu accueillants. La référence à Philip K. Dick et au Blade Runner de Ridley Scott est assumée : ces œuvres ont été lues, vues, digérées avant que les humains décident à leur tour de concevoir des techno-humains. La lutte de ces derniers pour leurs droits et la montée d’un négationnisme concernant leur création ne manque malheureusement pas de résonance avec les conflits qui nous régissent aujourd’hui. Un brin en-deçà, le second tome, misant davantage sur la métaphore écologiste, est cependant lui aussi très efficace. Autant dire qu’on attend de pied ferme la sortie en poche du dernier tome de la trilogie, Le Temps de la haine !

Rosa Montero, Des Larmes sous la pluie, traduit de l’espagnol par Myriam Chirousse, Éditions Métailié, 408 p., 11€
Rosa Montero, Le Poids du Cœur, traduit de l’espagnol par Myriam Chirousse, Éditions Métailié, 360 p., 12€

SUZANNE CANESSA
Août 2021

Pour aller plus loin :

Lire le compte-rendu de la rencontre entre Tiffany Tavernier et David Vann à Oh Les Beaux Jours !