Kamyon, un spectacle de théâtre qui vaut le détour, interprété par Jessica Fanhan

La petite fille dans le camionVu par Zibeline

Kamyon, un spectacle de théâtre qui vaut le détour, interprété par Jessica Fanhan - Zibeline

Parmi les diverses propositions d’exploration du Continent jeunesse que proposait la Biennale des écritures du réel durant sa troisième semaine, en voici une qui méritait le détour : Kamyon, un spectacle de théâtre conçu par Michael De Cock et Mesut Arslan. Un spectacle court (55 minutes), qui vibre longtemps après que les derniers applaudissements se sont tus.

Et parmi toutes les raisons qui font de ce spectacle une réussite, en voici trois. Le texte d’abord. C’est le récit d’une fillette qui a fui son pays avec sa mère, laissant derrière elle son école détruite, sa ville disparue sous les bombes, sa grand-mère (trop vieille pour s’exiler), son père (qui les rejoindra dès qu’il aura rassemblé assez d’argent) ; sa sœur Gazul aussi, morte durant un bombardement… Ce pourrait être lourdement pathétique, pesamment démonstratif. Eh bien, non. La jeune narratrice est pleine de vie, d’espoir et d’imagination. Le camion dans lequel elle se cache, derrière un vieux cheval avec qui elle aura de grandes discussions philosophiques, devient ainsi vaisseau spatial. Et l’exode, conquête. Le dispositif ensuite. Une énorme remorque de camion aménagée en salle de spectacle. Onze rangées de bancs de bois pour loger le public, derrière lesquelles Rudi Genbrugge s’affaire à la musique (accordéon festif, mélopées douloureusement nostalgiques, superbe…), tandis qu’à l’avant une scène minuscule encombrée de cagettes plastique multicolores figure l’habitacle exigu du camion qui transporte la jeune passagère clandestine. Un dispositif apparemment simple, proche du théâtre d’objets avec ses loupiotes, bien plus sophistiqué qu’il n’y paraît pourtant : jeux de lumière (qui transforment les caisses en labyrinthes kaléidoscopiques), vidéos, film d’animation, effets d’écrans…le petit coin caché dans la remorque se fait carte du monde, routes à parcourir, aventures à rêver. Il épouse le texte et le donne à entendre avec beaucoup de subtilité. C’est ce que fait aussi Jessica Fanhan. La dernière (et non la moindre) raison d’aimer ce spectacle émouvant et drôle. La comédienne incarne la fillette avec une justesse et une sensibilité remarquables. Voix délicieusement voilée, rythme parfait, mouvements précis et pourtant pleins de fantaisie… On se délecte de suivre son histoire, ses rêves, ses espoirs ; et lorsqu’elle ouvre les portes du camion pour descendre à la rencontre de l’ailleurs, on se sent tout remué.
Bien joué, fillette.

FRED ROBERT
Mars 2016

Le spectacle Kamyon a été représenté, dans un camion en haut de La Canebière, Marseille, du 15 au 19 mars. Ce spectacle a eu lieu dans le cadre de la 3e Biennale des écritures du réel qui se tient du 2 au 26 mars à Marseille et alentour

Photo : Kamyon © Stef Depover