Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Philippe Jamet transpose sur scène l'expérience des corps au travail

La petite entreprise de Philippe Jamet

Philippe Jamet transpose sur scène l'expérience des corps au travail  - Zibeline

Dans le prolongement de son projet Portraits Dansés, Philippe Jamet a filmé des habitants de Calais, Bourges, Bobigny, Paris, Vitry et Sénart interrogés sur le sens du travail dans leur vie. Des témoignages recueillis entre septembre 2011 et avril 2012, restitués sous la forme de six séries de dix minutes pour chaque ville, commençant toutes par le plan de leurs mains et l’enregistrement de leur voix. Chacun décline son nom, ce qu’il rêvait de faire (d’être ?) et son métier, quitte à révéler l’écart parfois abyssal avec la réalité. Puis la caméra les capte dans leur environnement personnel et les accessoires qui caractérisent leur profession. De la parole au geste, chacun est invité à esquisser les gestes de son travail avant d’inventer une forme collective, muette et troublante. Fort de cette matière vivante, Philippe Jamet a composé un spectacle tripartite : la diffusion d’une série de trois films sur grand écran en fond de scène ; une installation vidéo interactive conçue avec Jean-Baptiste Barrière mise à disposition des spectateurs pendant l’entracte (une seule personne à la fois, ce qui laisse beaucoup de prétendants sur le carreau !) ; un spectacle chorégraphique reprenant à son compte les éléments collectés pendant l’enquête. Réflexions sur les motivations au travail, la nécessité morale, physique et matérielle de travailler, les rêves enfouis et les désillusions, le droit à la paresse, le salaire comme outil, le poids de l’économie, l’enrichissement intellectuel et pécuniaire… Travail, Taf, Labeur : un vocabulaire épelé par les corps des danseurs qui s’élancent dans un tango désespéré, déclament micro à la main, miment, évoquent les cadences infernales, le stress des compétitions, la plainte du travailleur qui se voulait oisif. Sur le plateau nu, la mise en forme est moins percutante que les films : face à la caméra, les habitants nous regardent droit dans les yeux, nous autres identiques. Et moins éloquente que ce que leurs mains et leur corps nous transmettent à travers leur approche, maladroite et fébrile, de la danse.
MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Février 2015

Travail de Philippe Jamet a été présenté le 30 janvier au CNCDC Châteauvallon, Ollioules

Photo : Travail-©-Groupe-Clara-Scotch


Châteauvallon – Scène nationale
795, chemin de Châteauvallon
BP 118
83192 Ollioules cedex
04 94 22 02 02
www.chateauvallon.com