Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Travailler le réel à son niveau moléculaire, l'ambition de l'exposition Crash Test à Montpellier

La Panacée révise ses matières

• 10 février 2018⇒6 mai 2018 •
Travailler le réel à son niveau moléculaire, l'ambition de l'exposition Crash Test à Montpellier - Zibeline

Ils sont 25, ils sont jeunes, beaucoup d’entre eux sont des elles, ils vivent un peu partout dans le monde – et ils sont tous blancs. Ils représentent ce courant artistique que Nicolas Bourriaud, directeur du MoCo à Montpellier, a réuni à La Panacée pour sa nouvelle exposition Crash Test. Ces plasticiens manient la matière. Rien de nouveau à priori. Mais l’angle qu’a choisi le curateur pour faire sens entre les œuvres s’inscrit dans la volonté de déceler une approche radicalement nouvelle dans le rapport entre culture et nature. Il s’agirait d’un véritable retour aux sources, de décrire notre monde actuel en s’affranchissant de toute référence sociale, voire humaine. Travailler le réel à son niveau moléculaire. Dans l’élégant catalogue*, trois textes, pointus et inspirants, bâtissent les contours de cette réflexion émergente ; on y trouve des mots qui réunissent la chimie et la poésie (pulvérisation, solution, précipité), des formules qui ouvrent vers des contrées mystérieuses (« peut-être que les extrêmophiles, (…), sont-ils ce que nous avons de plus proche en tant que forme de vie étrangères ou extra-terrestres »), des pistes troublantes (la poussière intelligente, développée dans les laboratoires de recherche militaire).

Certaines des œuvres présentées provoquent une émotion spontanée, quelque chose qui justement échappe à la théorie, aux mots, aux références artistiques. Search, 2018 (Caroline Corbasson), sur fond sonore de vent balayant le désert d’Atacama au Chili, montre des paysages filmés avec un microscope électronique : la matière qui préexiste largement à l’humain, scrutée et réinterprétée via les synapses de nos cerveaux sociaux du XXIe siècle. Un tas de poussière grise, si fine qu’on voudrait y passer la main : c’est ce qui reste d’un moteur d’avion pulvérisé par Roger Hiorns (Sans titre, 2008) ; matière première. Au sol encore, une flaque (Puddle, Faint Green, 2014, Marlie Mul), un extrait du dehors en trompe-l’œil : de l’eau, des résidus, sur du bitume (sable et résine). Les deux magnifiques pièces de résine époxy et fibre de verre de Estrid Lutz et Émile Mold réunissent tout un imaginaire très contemporain, couleurs, images puisées sur internet, disruption des échelles, apparition/disparition des sujets, rêve à portée de main, fake-réalité.

D’autres s’appuient plus sur la sacro-sainte médiation, qui décrypte et invite au voyage. Alors l’humain reprend le dessus.

ANNA ZISMAN
Février 2018

Crash Test, La Révolution moléculaire
jusqu’au 6 mai
La Panacée, Montpellier

* Crash Test, La Révolution moléculaire, Nicolas Bourriaud, Noam Segal, Stefanie Hessler, bilingue franco-anglais, La Panacée – MoCo Montpellier Contemporain, 27 €

Photo : Vue de l’exposition Crash Test avec, au premier plan, les termitières réalisées par Agnieszka Kurant. Courtesy Tanya Bonakdar Gallery, New York


La Panacée
14, rue de l’Ecole de Pharmacie
34000 Montpellier
04 34 88 79 79
lapanacee.org