Vu par Zibeline

Magic Week au Mucem

La magie réenchante le Mucem

Magic Week au Mucem  - Zibeline

Le temps fort Magic Week, concocté en partenariat avec la Biac, a été rythmé par des spectacles et des ateliers d’initiation à la magie

Joyeuse berlue

Décidément le cirque sied au Mucem. Pour accueillir le magicien Philippe Beau, dans le cadre de la Magic Week, temps fort concocté en partenariat avec la Biac 2019, l’auditorium Germaine Tillion affichait complet. Beaucoup d’enfants dans le public, de tous âges, accompagnés de leurs parents ou grands-parents, et bouche bée devant les prouesses de l’artiste. De ses doigts de fée naissent en ombres chinoises une pléiade d’animaux : des oiseaux, loutres, cerfs mystérieux, un chaton qui se lèche l’oreille, une baleine, un bernard-l’ermite… C’est toujours un plaisir pour les accompagnants de revoir les tours classiques aux côtés d’un petit qui les découvre pour la première fois. C’est encore mieux de savourer l’histoire de la discipline, racontée tout au long du spectacle par le biais de cartons projetés, hommage au cinéma muet. Car magie et 7e art ont bien des choses en commun ! Tous deux plongent leurs racines bien loin dans les origines de l’humanité, lorsqu’un chasseur-cueilleur dut se servir pour la première fois de son ombre à la lueur d’un feu, pour faire rêver les petits d’hommes en peuplant leur caverne de tout un bestiaire.

Philippe Beau manie aussi avec dextérité les pièces, cartes à jouer, cordes à nœuds, attirail du prestidigitateur, et entrecoupe ses numéros d’extraits de films : Les cartes vivantes de Georges Méliès (1905), Le Cirque de Charlie Chaplin (1928), ou Pickpocket de Robert Bresson (1959) démontrent la fécondité imaginative de leurs auteurs, stimulée par la pratique de l’escamotage et des effets spéciaux. La curiosité des adultes est titillée par un rappel : avant l’invention du cinéma, on traitait de sujets d’actualité au moyen de la magie d’ombres ! Démonstration immédiate, avec une galerie de présidents de la République française qui surgissent entre les doigts de l’artiste, ou deux barbus qui s’embrassent amoureusement. Les jeunes générations, elles, préfèrent applaudir à tout rompre l’apparition du ET de Spielberg, en musique s’il vous plaît !

 

Fabrique de l’illusion

Après la théorie, la pratique : Micro Focus, collectif marseillais travaillant sur des installations magiques urbaines, proposait un atelier d’initiation à la pratique du close-up. L’occasion pour les enfants de tester leur dextérité et leur force de persuasion, à l’aide de très simples accessoires : une feuille de papier journal, un gobelet, un stylo… Et place à une émotion magique toujours intacte, quelles que soient les générations. Pour s’en convaincre, rendez-vous quelques jours plus tard au Centre de Conservation et de Ressources du Mucem, situé dans le quartier de la Belle de Mai.

En fin de matinée, un groupe étoffé bravait les températures hivernales pour une plongée dans les coulisses de l’histoire de la discipline. Intarissable en la matière, le conservateur Zeev Gourarier guidait la visite, rappelant en préambule l’ambigüité du mot magie, qui désigne à la fois le sentiment magique -principe actif immuable- mais aussi la fabrication de l’illusion elle-même, la manipulation présidant au « tour de magie ». L’occasion aussi de présenter aux plus jeunes l’illustre Robert Houdin, et certains tours qu’il a popularisés en Occident, tel que l’époustouflant Barman du diable issu de Chine, exhumé récemment par Thierry Collet (lire Zib’ n°6).

Dans la réserve, l’on découvrait ensuite L’illusionniste, automate reproduisant en miniature la Suspension éthéréenne, d’après un tour imaginé par Robert Houdin. Le Mucem possède l’un des trois uniques exemplaires de cet automate, le plus complexe jamais produit par la Maison Roulet-Descamps ! Au détour des rayonnages, l’on croisait également une boîte servant au fameux tour de la femme coupée en deux, ou encore un cabinet de bois permettant de faire apparaître une tête décapitée sur un bouquet de fleurs.

Cette visite était l’occasion de rappeler que le Mucem possède l’un des fonds magiques les plus importants de France, issu de collections foraines, marionnettiques et magiques. En appelant de nos vœux une exposition prochaine au Mucem mettant à l’honneur ces pépites, rappelons que le CCR est ouvert au public (tous les premiers mardis du mois, réservation obligatoire), et que tous les objets de son imposante réserve sont présentés sur le site internet du musée (onglet Collections).

GAËLLE CLOAREC et JULIE BORDENAVE
janvier 2019

Le Magic Week s’est déroulé du 29 décembre au 6 janvier au Mucem, Marseille
Le spectacle Magie d’ombres… et autres tours a eu lieu le 3 janvier au Mucem, Marseille

Photo : Magie d’ombres c Christophe Manquillet


Mucem
Môle J4
13002 Marseille
04 84 35 13 13
mucem.org