Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Retour sur Ma part de Gaulois, un texte de Magyd Cherfi chez Actes Sud

La fabrique du Beur

Retour sur Ma part de Gaulois, un texte de Magyd Cherfi chez Actes Sud - Zibeline

On connaît Magyd Cherfi et ses textes percutants au sein du groupe toulousain Zebda ou en solo, son engagement politique chez les Motivé(e)s, ses déclarations d’amour à la France en novembre 2015 et son Livret de famille paru il y a plus de 10 ans qui aborde déjà les thèmes de l’identité douloureuse : « J’ai du mal à écrire car je m’écris et m’écrire c’est saisir une plaie par les deux bouts et l’écarter un peu plus. » Ma part de Gaulois, autofiction à paraître fin août, explore et explose la « ballade des schizophrènes » du début des années 80 « … français jusqu’à 17h ! Puis la rue nous broyait ».

Sans indulgence pour les « siens » et la spirale de l’échec intériorisée, instrumentalisée par les lois occultes de la cité, sans complaisance pour lui-même et lucide sur la subtile hypocrisie mise en œuvre dans les banlieues, l’auteur tire un feu d’artifice dont les éclats à double tranchant illuminent et entaillent tout pareil.

Boxe, boxe les frères et pulvérise : haine de soi, misogynie flamboyante, homophobie en étendard -« pédé tarlouze tapette enculé » le décasyllabe qui, puisqu’il ne le tue pas, rend fort l’adolescent habité par les mots français- violence dedans, violence dehors mais aussi tendresse rude, rageuse et décapée pour les militant(e)s maladroit(e)s, les artistes en (im)puissance, le doux père à moustache et la mère infatigable à sec de larmes.

Mitterrand en mai (on le craint ; c’est sûr il va falloir repartir de l’autre côté) et en juin le bac : unité de temps, de lieu et montée en intensité des « scènes » (ah ! l’audition de Momo… à faire pâlir les « trois mille » de Rodrigue) que l’on brûle de lire à voix haute … du tragique du comique et du lyrique aussi : Magyd Cherfi a la grandeur de ceux qui assument les héritages sans trop se retourner.

« Comme le monde s’ouvrait à moi j’ai fait de mon fardeau des ailes, de mes blessures un bouclier, de mes fêlures identitaires deux richesses dans lesquelles s’est engouffrée la seule idée qui vaille, l’universel. » Bouquet final !

MARIE-JO DHÔ
Juillet 2016

Ma part de Gaulois Magyd Cherfi
Actes Sud, 19,80 €