L'Épopée du Grand Nord ouvre la scène du Merlan aux habitants des «Quartiers Nord»

La chaleur du Grand NordVu par Zibeline

L'Épopée du Grand Nord ouvre la scène du Merlan aux habitants des «Quartiers Nord» - Zibeline

En ouvrant la scène aux habitants des «Quartiers Nord», François Cervantes a plongé le théâtre au coeur du réel, et de sa poésie

Au Merlan, réenchanter le réel n’est pas une mince affaire : l’urbanisme, les difficultés sociales, la violence et le délaissement concourent à enfoncer les habitants dans le renoncement, plutôt qu’à les emmener vers un théâtre partagé. Mais en venant habiter les lieux, la Cie L’Entreprise a établi un lien véritable, sensible sur scène.

Ils sont quarante. Jeunes et vieux, amateurs et professionnels, danseurs, rappeurs, comédiens, dans la salle et sur scène. Tous ont des choses importantes à montrer, et cette Épopée du Grand Nord est ponctuée de petites histoires. Celle de cette dame qui n’a plus la force de faire les courses, cette autre qui a peur du quartier où elle a toujours vécu, celui-là, qui voudrait voyager jusqu’au Vieux-Port… Le sentiment de vivre au fond désenchanté du monde se colore du talent d’une breakeuse, de deux boxeurs, d’un slameur. Et puis de l’épopée écrite par François Cervantes.

C’est la fable d’un dealer international qui vient reprendre en main le quartier en terrorisant les politiciens locaux et la police, impliqués dans les trafics : l’intrigue policière fait penser au polar marseillais, au cinéma engagé italien. Car François Cervantes aime le romanesque ! D’ailleurs cette Main Basse sur un quartier se double d’une quête intime des origines qui amène l’épopée vers une tragédie oedipienne. Enquête sur la réalité sociale, intrigue politico-policière et recherche de filiation s’entremêlent autour de la douleur des mères. Un groupe de femmes renouvelle le choeur de pleureuses antiques, et des anecdotes empruntées au réel viennent savoureusement poétiser la fiction : un chien qui prend le bus tout seul chaque jour, un homme qui vit dans une tour avec son cheval, les talons qui cassent sur les trottoirs défoncés, tout cela imbrique le réel et la fiction, et répond à la distanciation des comédiens qui commentent les scènes, guident les personnages, font traverser le plateau à l’auteur hagard… À aucun moment le travail avec les amateurs ne se double d’un renoncement à l’exigence formelle : le théâtre est là, grâce à l’implication de tous les participants, et à la générosité de L’Entreprise.

AGNES FRESCHEL
Juin 2015

L’Épopée du Grand Nord s’est jouée du 3 au 7 juin au Théâtre du Merlan

Photo : L’épopée du grand nord © Tadeusz Paczula

Le Zef
Scène Nationale
Avenue Raimu
13014 Marseille
04 91 11 19 30
lezef.org