Vu par Zibeline

L'Orchestre Philharmonique du Pays d'Aix et David Kadouch ravissent le public du GTP avec Tchaïkovski

La carte slave !

L'Orchestre Philharmonique du Pays d'Aix et David Kadouch ravissent le public du GTP avec Tchaïkovski - Zibeline

Point de prise de risque dans cette soirée au GTP avec un programme entièrement dédié au maître incontesté de la mélodie : Tchaïkovski. Jacques Chalmeau, star des chefs en région aixoise, à la tête de l’Orchestre Philharmonique du Pays d’Aix, draine un public d’amateurs enchanté de goûter à la «grande» musique. L’enceinte du théâtre, à la jauge pourtant importante, pleine à craquer, ne put nier l’engouement que suscite cet ensemble dynamique composé de musiciens de qualité. Il faut dire que la Symphonie n°5, œuvre pleine de passion et de sensibilité, aux thèmes gorgés de pathos, est la pièce ad hoc pour un aréopage avide de succulentes gourmandises musicales. Et Chalmeau s’est donné à fond, à coups de baguettes frénétiques, bousculant le pupitre des cordes, dynamisant les cuivres et les bois ; les tutti magnifiques de l’orchestre et les envolées lyriques du second mouvement durent, sans aucun doute, tirer quelques larmes aux âmes les plus sensibles. Cette interprétation, d’une bonne qualité, pas extrêmement raffinée, fut malgré tout de bien meilleure facture que le Concerto n°1 pour piano. Est-ce le stress (le manque de répétitions ?), mais le manque de liant, d’osmose, au sein même de l’ensemble et surtout avec le soliste, fut criant. Et pourtant quel soliste en la présence de David Kadouch dont on n’a même plus à vanter l’excellence de son jeu, tout à la fois délicat, perlé et plein d’alacrité et de promptitude ! Les décalages rythmiques, le manque d’unité aux cordes, nuisirent, certes, à ce qui est certainement un des plus beaux concertos pour piano du XIXe siècle mais il n’en reste pas moins que, malgré ces quelques imperfections, le plaisir d’écouter ce jeune concertiste s’impliquer avec tant d’enthousiasme dans ce finale allegro vivace, fut intact. À entendre les applaudissements fournis qui conclurent cette performance et le dernier bis, le public fut visiblement ravi de ce souffle musical venu de l’Est.

CHRISTOPHE FLOQUET
Janvier 2016

Passions slaves, Orchestre Philharmonique du Pays d’Aix au GTP le 16 janvier

Photo : -c- Agnès Mellon


Grand Théâtre de Provence
380 Avenue Max Juvénal
13100 Aix-en-Provence
08 2013 2013
http://www.lestheatres.net