Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Efficace adaptation de Bouvard et Pécuchet par Jérôme Deschamps

La bêtise en scène !

Efficace adaptation de Bouvard et Pécuchet par  Jérôme Deschamps - Zibeline

Encyclopédie de la bêtise humaine était le sous-titre prévu par Flaubert pendant l’écriture de ce qui deviendrait le roman inachevé publié de manière posthume Bouvard et Pécuchet. Et l’ambition de dépeindre les déclinaisons infinies des vanités humaines, les grossières idées reçues, le comique des êtres en prise avec leurs tentatives gauches d’expliquer le monde ne pouvait qu’intéresser Jérôme Deschamps.

La rencontre des deux univers s’effectue sous forme de dialogue comique et tendre. Il ne s’agit pas de l’adaptation du roman de Flaubert, nous n’y chercherons pas une transcription scénique de la narration détaillée de l’auteur réaliste. Nous entrons là dans un jeu allusif au texte-prétexte. Dans une scénographie épurée, juxtaposant des matériaux de récup et autres containers, fidèle à l’univers Deschamps/Makeïeff, nous commençons dans un bleuté métallique : celui de la Rencontre. Le banc public, central, les deux compères formant système dès leur apparition. Laurel et Hardy issus des imageries Deschiens : Bouvard-Micha Lescot et Pécuchet-Deschamps fonctionnent à merveille dans leur gestuelle asymétrique et leur corporelle clin d’œil. Le plaisir de cette pièce est avant tout celui de retrouver les corps, les costumes et la précision des chorégraphies grotesques des comédiens : le monde magique, enchanteur et hilarant de la Cie Jérôme Deschamp… La drôlerie des prises de parole, toujours compliquées et donc comiques dans leur matérielle profération, couplée aux jeux des objets animés, utilisés toujours avec l’exactitude impressionnante d’une machinerie huilée. Le couple de copistes est doublé en contrepoint d’un couple de métayers qui apportent le mouvement et les gags à répétition (Pauline Tricot et Lucas Hérault, superbes comédiens). La ferme de Chavignol devient un lieu métaphorique dans lequel la frénésie de savoirs, d’expériences et de commentaires du monde (le leur, le nôtre…) qui animent les deux protagonistes principaux alterne avec la vie quotidienne d’un couple de paysans dont les ressorts comiques peuvent, parfois, être empreints d’une certaine lourdeur.

Par bribes, nos bêtises contemporaines sont passées au crible du discours décousu et bégayant des antihéros. Le propos n’est pas toujours très clair malgré une mise en scène, une scénographie (des lumières très belles, proposées par Bertrand Couderc) et un jeu maîtrisé. On a parfois l’impression que le choix du roman comme source de création emprisonne les artistes dans des trames narratives répétitives et caricaturales, et le sentiment que le roman lui-même a été dévitalisé. Il n’en reste pas moins que le spectacle est efficace et qu’il nous offre le plaisir de partager un moment joyeux avec des personnages grotesques et touchants.

DELPHINE DIEU
Mai 2018

Bouvard et Pécuchet a été présenté à La Criée, Marseille, du 15 au 19 mai

Photo : copyright Armelle et Marc Enguerand


La Criée
30 Quai Rive Neuve
13007 Marseille
04 91 54 70 54
http://www.theatre-lacriee.com/