«La dernière bande», avec Denis Lavant toujours magistral, à Ollioules

La bande à BeckettVu par Zibeline

Étrange expérience que La dernière bande interprétée par un Denis Lavant toujours magistral. Théâtre du silence et de la répétition, la pièce, créée au Festival d’Avignon en 2019, peut pousser le spectateur au bord de la crise de nerf, éprouvé par de longs blancs sonores fondus au noir. Sauf s’il s’attache à scruter les mille et une expressions du visage buriné de l’acteur, crâne dégarni et luisant, ses mimiques « au carrefour du clownesque et de la pantomime », sa science fine du mouvement et des pas. Sonores, trébuchants, hésitants. [...]

Cet article est reservé aux abonnés


Vous n'êtes pas abonné ? Pour lire le contenu premium de Zibeline :

Abonnez-vous



Déjà abonné ? Connectez-vous