Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Le peintre Guillaume Bottazzi réalise un tableau géant sur une façade du port de Martigues

L ‘art en bateau

• 10 août 2018⇒31 août 2018 •
Le peintre Guillaume Bottazzi réalise un tableau géant sur une façade du port de Martigues - Zibeline

Guillaume Bottazzi est un globe-trotter, récemment installé à Bruxelles. Mais en pleine chaleur estivale, c’est à Martigues qu’il s’est installé pour réaliser un gigantesque tableau sur une façade du centre ville. 10 mètres de haut, 8 mètres de large : on ne sait combien de litres de peinture à l’huile lui seront nécessaires pour finaliser son œuvre.

La municipalité de la « Venise provençale » lui a passé commande en lui laissant carte blanche. Après une phase de repérage, l’artiste a pris du recul, pour « devenir un étranger », et mieux revenir avec un projet coloré, ajusté à la lumière, et à l’esprit des lieux. « Il vaut mieux découvrir mon travail en bateau plutôt qu’à pied », précise-t-il en souriant. Dans L’Île, ce quartier martégal historique construit sur d’anciens marais salants, des navettes maritimes gratuites sont à la disposition des promeneurs, et sous son échafaudage, à l’entrée du port, passent les bateaux de pêcheurs. Pour Guillaume Bottazzi, l’eau est primordiale, propice à la quiétude. Mais il n’en utilise pas le reflet, afin de libérer le public d’une vision uniquement frontale. « Le fait de pouvoir se déplacer autour d’une œuvre d’art est important : faire appel au corps de l’observateur l’implique, il devient acteur. Je veux immerger les gens dans le tableau, c’est la raison pour laquelle j’ai toujours travaillé sur de grands formats. »

Ce peintre abstrait fait volontiers référence au médecin psychiatre et chercheur en neurosciences Eric Kandel, prix Nobel de physiologie en l’an 2000, pour expliquer son approche. Selon le chercheur, l’abstraction demande à notre cerveau d’interpréter une image fondamentalement différente de celles auxquelles il est habitué. En perturbant nos habitudes ancrées dans l’évolution de l’espèce humaine, en ôtant aux œuvres leur aspect narratif familier, cette discipline artistique décentre le regard, nous amenant à voir différemment.

GAËLLE CLOAREC
Août 2018

Le travail de Guillaume Bottazzi est en cours jusqu’au 26 août sur le Quai Lucien Toulmond, Martigues.

Des rencontres avec le public sont prévues le vendredi 24. Réservation par email à info@martigues-tourisme.com ou par téléphone au 06 61 45 69 69.

guillaume.bottazzi.org

Photos : -c G.C.