Da Capo au théâtre Comoedia à Aubagne par la compagnie Item

Jeux de lumières sur les éternels retoursVu par Zibeline

Da Capo au théâtre Comoedia à Aubagne par la compagnie Item - Zibeline

Partition courte que celle du délicieux spectacle de la Cie Item, Da Capo, chorégraphié par Pauline Meguerditchian et Daphné Abécassis. Cette dernière interprète aux côtés de Valène Roux Azy le duo dont le propos jongle entre la légèreté de vignettes intimes et quotidiennes et la nostalgie douce d’un paradis enfantin… Pas d’angélisme non plus, les danseuses s’octroient facéties et niches. Complices et espiègles, elles nous entraînent dans les diverses situations qui nous font renouer avec notre part d’enfant, et renvoient au jeune public une image de lui-même heureuse et insouciante, comme un parfum d’été. Disputes autour d’un livre à partager, sièges qui « se » déplacent, envie de tranquillité lorsque l’autre veut absolument jouer, verres chipés et bus en cachette… Les choses ont un rôle ici ! Deux gros ballons ont ouvert le spectacle. À leur suite sont entrés en scène des objets familiers, prétextes aux mouvements : ainsi le ballon se renvoie, puis sert d’appui, de support à de superbes constructions géométriques… Du cercle des habitudes ordinaires naît le geste artistique. La frontière ténue entre l’art et la vie devient sensible, et leur jonction, respiration évidente… Un court panorama de la danse s’esquisse : contemporain, classique, salon, croisent leurs pas et leurs rythmes, laissent le silence s’emparer d’un instant avant de s’emporter sur du Vivaldi ou un air de Chachacha pour lequel les deux personnages s’affublent de lunettes noires aux montures blanches. Chaque attitude a des conséquences : un zip ou une capuche convoquent des déferlements sonores impromptus puis une mer de plastique engloutit celle qui a négligemment jeté son gobelet… Le sens éclot, distillé avec finesse. La sensation prime sur les mots, et instaure une relation forte avec le propos, baigné des lumières subtiles et féériques de Mehdi Hebouche. Lors du bord de scène, les artistes expliquent aux enfants avides de questions : « On peut raconter des histoires sans parler, juste avec le corps ». Et c’est très bien ainsi.

MARYVONNE COLOMBANI
Février 2019

Da Capo a été joué le 13 février au théâtre Comoedia, à Aubagne

Photo : -c- Patrice Leïva – Scènes&Cinés

Théâtre Comoedia
Cours Maréchal Foch
Rue des Coquières
13400 Aubagne
04 42 18 19 88
http://www.aubagne.fr/fr/services/sortir-se-cultiver/theatre-comoedia.html