Lu par ZibelineRetour sur la rencontre avec le dessinateur américain Derf Backderf dans le cadre des Escales en librairies

Jeunesse d’un tueur

• 18 février 2014, 15 mars 2014 •
Retour sur la rencontre avec le dessinateur américain Derf Backderf dans le cadre des Escales en librairies  - Zibeline

Deuxième Escale du mois autour de l’illustration et de la BD. Après une soirée très réussie au Lièvre de mars en compagnie de Benoît Jacques, qui a longuement dédicacé sa Vallée enchantée (lire la chronique dans Zib’71), nous voici à La réserve à bulles pour y rencontrer Derf Backderf. Le dessinateur américain, journaliste de formation, bien connu aux E.U. pour son strip The City, publié pendant vingt-deux ans dans plus de cinquante hebdomadaires américains, revient tout juste d’Angoulême, où le prix Révélation 2014 vient de lui être décerné pour Mon ami Dahmer. Ce roman graphique d’une grande force, tant sur le plan du sujet que du rendu plastique, offre une plongée glaçante dans l’Amérique profonde des années 1970. Celui qui s’appelait encore à l’époque John Backderf a en effet côtoyé sur les bancs d’un lycée tranquille de l’Ohio Jeffrey Dahmer, surnommé plus tard «le cannibale du Milwaukee», auteur de dix-sept meurtres atroces, arrêté en 1991, assassiné dans sa cellule en 1994. Le roman graphique évoque la naissance du monstre. Cinq actes précédés d’un prologue pour relater la tragique descente aux enfers de celui qui n’était au départ qu’un «étrange garçon». L’histoire contée par Backderf s’arrête après le premier homicide, en 1978. Dès l’arrestation de Dahmer et la révélation de ses crimes, le dessinateur a voulu rendre compte à sa manière de ce destin. «En 1991, l’histoire était dans tous les médias, mais personne ne racontait celle que moi je connaissais.» Entrepris dès les années 90 sous la forme de plusieurs histoires courtes, le projet n’a cessé d’être repris, retravaillé jusqu’à devenir un épais roman graphique de plus de deux cents pages, enrichi d’une préface de Stéphane Bourgoin, d’une introduction de l’auteur et d’une postface qui réunit les nombreuses sources utilisées. Avec la volonté affichée de réaliser un véritable travail d’investigation. Afin de mieux comprendre comment un adolescent décalé, marginal peut progressivement sombrer dans la folie meurtrière. Et surtout de saisir pourquoi personne à l’époque n’a rien vu.

FRED ROBERT
Mars 2014

Mon ami Dahmer
Derf Backderf
Éditions çà et là, 20 €

Derf Backderf était invité le 18 février à La réserve à Bulles dans le cadre des Escales en librairies organisées par l’association Libraires à Marseille

À noter
Samedi 15 mars de 10 à 19h, lancement du numéro 3 de La Revue Dessinée : parcours graphique, rencontres, dédicaces, tables rondes avec 4 des fondateurs de la revue et plusieurs auteurs qui y collaborent. Une journée à ne pas manquer !
Renseignements : librairie@reserveabulles.com et au 09 73 62 11 47

La Réserve à Bulles
76 Rue 3 Frères Barthélémy
13006 Marseille
04 91 53 28 91
http://www.reserveabulles.com/librairie/