"Pour rire pour passer le temps" au théâtre les Argonautes à Marseille

Jeu dangereuxVu par Zibeline

Seul, sur le plateau du théâtre les Argonautes, un comédien formidable endosse tour à tour les quatre rôles du thriller Pour rire pour passer le temps de Sylvain Levey. Entouré de quatre micros, chacun représentant l’un des protagonistes, dans une mise en scène épurée où les jeux de lumières ont toute leur importance, Gilbert Traïna donne vie au texte avec la virtuosité d’un comédien pour qui la technique n’interdit pas l’émotion de l’incarnation. Son travail tant au niveau vocal qu’au niveau gestuel est impressionnant, et fait éclater la singularité et le caractère étouffant de la pièce. Une atmosphère pernicieuse s’installe sur son simple souffle, ce jeu de bruits et de respiration étant plus expressif encore que les mots eux-mêmes. Un effet relayé  par les casques audio que portent les spectateurs, et la précision gestuelle insufflée par Thierry Escarmant, à mi chemin de la mise en scène et de la chorégraphie.
L’histoire, quant à elle, divisée en sept scènes, reste simple : un concentré de violence malsaine et de barbarie gratuite qui surgit comme un divertissement. Car dans ce huis clos se révèle une inconscience dangereuse du mal, qui s’exerce « pour passer le temps », pour le plaisir  de manipuler l’un et de lyncher l’autre, sans motif apparent.
Un texte saisissant qui exhibe l’omniprésence de la violence dans notre société, sinon pour en extirper les racines, au moins pour qu’on ne puisse pas l’ignorer.

MANON MATHIEU
Avril 2013

Pour rire pour passer le temps était au Théâtre Les Argonautes le jeudi 11 avril.

Crédit photo : XDR