Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Quadruple exposition consacrée à Jean-Louis Delbès à Marseille

Jean-Louis Delbès la preuve par quatre

• 4 mars 2017⇒7 mai 2017 •
Quadruple exposition consacrée à Jean-Louis Delbès à Marseille - Zibeline

Article à retrouver dans Zibeline n°106, en kiosques et maisons de la presse à partir du 8 avril !

Comme Richard Baquié à Toulon, Jean-Louis Delbès à Marseille retrouve la lumière des projecteurs. Deux figures d’une génération d’artistes-enseignants1 qui fit de Marseille dans les années 80/90 une scène bouillonnante, avec ses galeries, ses critiques, son école d’art de Luminy.

Le périple dans l’œuvre de Jean-Louis Delbès raconte Une autre histoire : celle d’un artiste longtemps associé à « une communauté » (Boyer, Traquini, Autard…) ; d’un enseignant qui « fait apparaître des images » ; d’un homme  qui fit « le choix de mettre prématurément un terme à sa vie » en 2004 ; d’une œuvre inachevée, protéiforme et abondante. L’éclatement sur quatre lieux recompose harmonieusement les pièces d’un puzzle dont il manquait encore des pièces. La preuve au Frac qui dévoile des sculptures-objets de petite taille réalisés à la manière des Billboard américains, amoncellement malin de mini publicités, logos et accroches détournés. En bricoleur de mots, Jean-Louis Delbès invente une littérature 3D à double sens, désopilante ou mordante : « Fortune circus », « La révolution est une idée sensible »… Gestes libératoires qui laissent exploser matières et couleurs dans un apparent mais savant désordre. L’accrochage, rare, invite à découvrir à la Friche la Belle de mai comment ses peintures, gravures sur bois et gouaches dialoguent avec Marseille. Grands formats papier du milieu des années 80 et collages de 1994 campent les grandes lignes de son travail où les multi couches de matières effritées, grattées, rognées laissent percevoir des rhizomes souterrains. Où des énoncés indomptés surgissent des jeux d’écritures superposées, tags et lettres brouillées. Où la gamme chromatique s’obscurcit de tons sourds, rouge profond, gris verdâtre, orange automnal. Où les cartes pliées, démembrées inventent des territoires fictifs foulés par l’artiste qui bouscule le réel, redistribue les points cardinaux et en réorganise l’espace. « La proximité aurait-elle ses bornes » lit-on dans Rien de rien carte sur une carte Michelin allant de Tanger à Bangassou…

Le voyage se poursuit à la galerie des Grands Bains douches de la Plaine avec une vingtaine de toiles aux formes organiques indéterminées flottant dans un espace « dé spatialisé » : Tensions prémillénaires comme Le Sombrero de la vierge font d’ailleurs directement référence au cosmos. Autre signe distinctif, la référence à l’histoire de l’art, notamment dans la série choc Têtes de veau inspirée d’un tableau de Picabia, lui-même inspiré d’une photographie de Blumenfeld. Tout est lié dans sa peinture : ses recherches, ses influences, ses idées. Comme dans ses « dessins préparatoires ou préliminaires à certains projets, sur carnet ou comme œuvre » qui seront exposés à la galerie du Tableau.

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Mars 2017

1 Richard Baquié fut professeur à l’école nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris de 1993 à 1996 ; Jean-Louis Delbès enseigna au lycée Chevreul, à l’EFET, Axe Sud, université d’Aix-en-Provence et Luminy.

Frac : 4 mars au 16 avril
Galerie des Grands bains douches de la Plaine: 10 mars au 1er avril
04 91 47 87 92 art-cade.net
La Friche : 11 mars  au 7 mai
Galerie du Tableau : 11 avril au 22 avril
04 91 57 05 34 galeriedutableau.org

Commissariat de Laetitia Pesenti
jeanlouisdelbes.com

Photo : Vue de l’exposition Jean-Louis Delbes – Frac 2017 © J-C Lett

Delbes

 

Une autre histoire

En guise de couverture, la gouache sur papier de 1989 Les mains du Gréco. Elle interpelle immédiatement le lecteur de la monographie consacrée à Jean-Louis Delbès, qui convoque à sa table, à titre de mémoire et preuve d’amitié, les protagonistes de cette histoire marseillaise. Entre autres Jean-Louis Pradel, Marc Partouche (entretien) ou Bernard Boyer dont les textes sont introduits par ceux, plus récents, de Romain Mathieu (2016) et Philippe Cyroulnik (2017, auteur de TransaT en 1991 dont est publié un extrait) qui permettent une mise à distance nécessaire. La traversée éditoriale est à l’identique du parcours muséographique, agrémentée d’indices supplémentaires indispensables pour mieux connaître l’homme et son œuvre : photos de l’artiste dans son atelier de la Joliette, biographie, expositions personnelles et collectives, collections.

M.G.-G.
Mars 2017

Jean-Louis Delbès, une autre histoire

Arnaud Bizalion Éditeur – Images Actes Liés, 29 €


FRAC PACA
20 Boulevard de Dunkerque
13002 Marseille
04 91 91 27 55
http://www.fracpaca.org/


La Friche
41 rue Jobin
13003 Marseille
04 95 04 95 95
http://www.lafriche.org/