Le pianiste Yaron Herman en quartet au Cri du Port

Jazz expressifVu par Zibeline

Le pianiste Yaron Herman en quartet au Cri du Port - Zibeline

On dit que la modernité puise ses racines dans la tradition. Ici c’est la mémoire musicale juive, traditionnelle et multiple, qui est révélée et convoquée au détour de parcours sonores très travaillés et qui pour la plupart atteignent une sombre gravité. Tels sont les chemins qu’emprunte le pianiste Yaron Herman pour développer son art. Dans la formation en quartet, on retrouve le talentueux saxophoniste Emile Parisien, qui a montré qu’il pouvait aussi trouver ses marques de belle manière en performant toujours de façon acrobatique, jonglant avec les modalités. Ziv Ravitz, à la batterie, a œuvré à une juste expressivité, installant une pulsation permettant les pérégrinations du piano. Florent Nisse à la contrebasse fut un relais efficace pour l’installation des climats expressifs, contribuant à l’élaboration grandissante des élans mélodiques, du feutré au déchaînement obstiné. De la musique de facture classique, qui rappelle le style français début XXe siècle, et se développe dans la mélancolie, la tristesse, jusqu’à une musique douloureuse qui s’intensifie, échafaudant des impros, faisant voler les doigts sur le clavier et construisant des motifs aux ornements old style façon piano stride, Be-bop ; puis de la musique tendre, ou joyeuse… Yaron Herman est un sorcier qui dirigerait un voyage initiatique avec une parfaite maîtrise. Un musicien exceptionnel, capable de… tout !

DAN WARZY
Juin 2013

Photo : Yaron-Herman-c-X-D.R

Ce concert a été donné le 16 mai au Cri du Port, Marseille