Vu par Zibeline

Jardins des Fées

 - Zibeline

Depuis 10 ans, le ministère de la Culture en collaboration avec le Comité des Parcs et des Jardins de France organise les Rendez-vous aux jardins : 2 000 jardins publics et privés ouvrent leurs portes, le visiteur renoue avec ses racines, se rappelant un passé proche où la majorité de la population était à la terre… Les cinq jardins à thème de Salagon, labellisés «Jardin remarquable» constituent un écrin particulièrement intéressant. Bien sûr, comme partout, une foire accueille des exposants de produits locaux et bios, de ventes de végétaux, de miel et autres douceurs, de médecine par les plantes, d’ateliers de vannerie, de cosmétique, jardins miniatures, cerf-volant, bouturage, bijoux écologiques (la coquetterie sait emprunter les voies du développement durable !), initiation à l’art de la ruche, spectacles nichés aux détours des massifs, marionnettes qui se hâtent avant la pluie… Il y a aussi des conférences, passionnantes et documentées. Pierre Lieutaghi, ethnobotaniste, auteur de nombreux ouvrages de référence sur les jardins, leur histoire et les plantes que l’on y trouve, créateur du jardin ethnobotanique du prieuré de Salagon, cultive avec érudition le paradoxe du «Jardin contre nature».

Isabelle Rive, guide conférencière s’attache quant à elle à présenter une histoire de l’art des jardins. Du «paradeïsos» persan, jardin clos entouré de murs, aux jardins utilitaires contemporains, passant par le jardin médiéval qui suit la tripartition clergé noblesse tiers état, (espace de méditation pour les uns, reconstitution du jardin d’Éden, jardin d’agrément destiné aux plaisirs pour les autres, propice à l’amour courtois, jardin vivrier, nourricier enfin pour le troisième ordre), le jardin suit dans ses constructions la pensée humaine, reflet de sa philosophie et de sa métaphysique : la division en 4 carrés par exemple (le carré étant le symbole de la terre) renvoie aux 4 évangélistes ou aux 4 vertus cardinales ; le point d’eau n’est rien d’autre que la représentation de la source d’Éden, et des 4 fleuves qui en sortent. La Renaissance ouvre sur le paysage, trace les premières perspectives dans un harmonieux dialogue avec la maison. Le jardin du grand siècle baroque se plie à la volonté royale, la nature domptée file la métaphore du pouvoir solaire. Les Anglais en réaction instaurent le principe d’irrégularité, le sensible se substitue à l’intelligible. La sinuosité à la rectitude. Le XIXème enfin permet à des artistes comme Monet d’affirmer «je dois peut-être aux fleurs d’avoir été peintre»…

On achève par une visite guidée érudite et passionnante des jardins de Salagon, la mandragore y pousse encore auprès d’autres herbes magiques, s’en faire conter l’histoire appartient encore à cet art délicat du jardin. À se sentir pousser une âme de Candide au terme du voyage…

MARYVONNE COLOMBANI

Juin 2012

 

Les Rendez-vous aux jardins ont eu lieu les 2 et 3 juin

Musée et jardins de Salagon, Mane (04)

 


Musée Départemental Ethnologique de Haute-Provence
Prieuré de Salagon
04300 Mane
04 92 75 70 58
http://www.musee-de-salagon.com/