« Cordoue 1211 », régal de cape et d’épée par Jean d’Aillon, aux Éditions Robert Laffont

Itinéraire de Londres à CordoueLu par Zibeline

« Cordoue 1211 », régal de cape et d’épée par Jean d’Aillon, aux Éditions Robert Laffont - Zibeline

Le nouveau roman historique de Jean d’Aillon, Cordoue 1211, ajoute un nouveau volet aux aventures palpitantes de son héros récurrent, Guilhem d’Ussel. Au fil des livres se dessine avec précision le panorama des débuts du XIIIème siècle, dans leur fascinante complexité. Les intrigues politiques et religieuses se nouent, en un enchevêtrement qui semble parfois plus délicat que le nœud gordien. Bienveillant, le narrateur évoque brièvement les aventures précédentes de son personnage afin d’éclairer le présent du récit. Si les compagnons de Guilhem d’Ussel ont enfin trouvé un équilibre familial, le chevalier troubadour qu’il est a perdu des êtres chers et son retour dans ses pénates à Paris puis à Rouen est placé sous le sceau d’une certaine solitude, « il savait pourquoi : il était maudit par le Seigneur pour les crimes qu’il avait commis au temps où il était routier ».

Mais faisons confiance à l’auteur, Guilhem ne peut rester bien longtemps inactif ! Voici que lui parvient une lettre du comte de Huntington, le fameux Robin de Locksley avec lequel une amitié forte s’est établie (depuis Paris 1199) : Lackland, Jean « sans terre », roi d’Angleterre, a décidé de se venger du pape Innocent III qui l’a excommunié en proposant une alliance qui renverserait la donne (il faudra lire pour savoir avec qui !). On croisera au fil des pages Blanche de Castille, pas encore reine, mais mère du futur Louis IX, le calife Al-Nasir qui se prépare à envahir la Castille, Robert Fitz Walter qui s’éleva contre le roi Jean et imposera la Magna Carta avec vingt-cinq barons, ancêtres du premier parlement d’Europe. Des personnages issus d’autres volumes réapparaissent, des haines se poursuivent, des amours et des amitiés aussi… On suit avec délectation les personnages dans leur périple semé d’embûches, de trahisons et d’aides imprévues, par mer et par terre, sur les routes anglaises puis espagnoles. On assiste aux « repues » du soir, aux accueils dans les auberges à puces, dans les châteaux, on s’initie aux tenues, au langage, aux fluctuations multiples des vies bousculées par les variations des alliances et des guerres. Confusions, retournements de situations, tout est là pour un savoureux et passionnant roman de cape et d’épée qui nous distrait et nous enseigne tout en même temps. Un régal ! 

MARYVONNE COLOMBANI
Avril 2021

Cordoue 1211
Jean d’Aillon
Éditions Robert Laffont, 22.90 €