Eau de rose et encre noire : Irak inch'Allah, reportage photographique de Véronique de Viguerie

Irak année fuchsiaLu par Zibeline

Eau de rose et encre noire : Irak inch'Allah, reportage photographique de Véronique de Viguerie - Zibeline

Elle est flashy, la couverture du nouveau livre de Véronique de Viguerie, publié, comme le précédent, aux éditions Images Plurielles (Yémen, la guerre qu’on nous cache). On y voit des bidons fuchsia, dont la couleur intense répond à celle de guirlandes en fleurs artificielles, en contraste saisissant avec la femme toute de noir vêtue assise derrière. Seul son regard pensif émerge de son niqab. Que le lecteur ne s’y laisse pas prendre ! Irak inch’Allah est loin d’être une œuvre à l’eau de rose, même si c’est précisément ce dont il s’agit : elle vend le liquide parfumé qui sert à confectionner des boules de boue pour enterrer les morts.

La photographe s’est rendue ces dernières années en Irak, avec la journaliste Manon Querouil-Bruneel, pour enquêter sur ce pays éreinté par le conflit entre sunnites et chiites, et l’emprise de l’État islamique, aux catastrophiques conséquences politiques, humanitaires et sociales.

Véronique de Viguerie porte toujours particulièrement son attention sur les enfants, avec de courtes légendes qui font froid dans le dos : trois petits garçons à l’œil noir posent devant son objectif, bravaches, « âgés de 7, 8 et 11 ans, ils se montrent de plus en plus violents depuis l’arrivée de Daesh dans leur ville ». Objectif qui ne se détourne pas face aux traces de l’extrême brutalité, tels ces corps calcinés à Mossoul, cette tête de femme kamikaze momifiée par l’air sec dans les ruines d’une mosquée, ou ce combattant torturé, traîné par un véhicule, dont le cadavre est laissé aux chiens. Ni au comble de l’intimité, lors d’un accouchement photographié quasi frontalement. Car en plein cœur du deuil, de la faim, dans la terreur, l’exil, il faut vivre encore. Depuis le reflux des conflits, les mariages reprennent, parfois interconfessionnels. Après les horreurs de l’extrémisme, même les religieux plaident pour l’instauration d’un état véritablement laïc.

GAËLLE CLOAREC
Septembre 2020

Irak inch’Allah
Photographies Véronique de Viguerie, textes Manon Querouil-Bruneel
Images Plurielles éditions, 25 €