Vu par ZibelineMassilia Toy se penche sur l’âge d’or du jouet marseillais des années 1930 à 1970

Invasion de jouets au Mucem

• 5 décembre 2019⇒1 mars 2020 •
Massilia Toy se penche sur l’âge d’or du jouet marseillais des années 1930 à 1970 - Zibeline

C’est Noël au Mucem ! Massilia Toy se penche sur l’âge d’or du jouet marseillais. Entre tôle lithographiée et panoplies croquignolettes, voyage dans le temps, des années 1930 à 1970.

Le jouet ? « Un thème peu souvent exposé dans les musées nationaux », note Bruno Cirla. Aux côtés de Christophe Feraud, il est l’un des deux commissaires de cette jolie exposition de fin d’année concoctée par le Mucem, sous les voûtes de la Galerie haute des officiers du Fort Saint-Jean. Depuis une vingtaine d’années, c’est dans les brocantes, mais aussi auprès des particuliers et des familles de fabricants que les deux amis assouvissent leur passion : la collection de jouets anciens… fabriqués à Marseille. Car on le sait peu, mais dans l’après-guerre, l’industrie du jouet y fut florissante. De grosses enseignes, telles qu’Egda ou France Jouets, drainaient alors dans leur sillage une cinquantaine de marques, des affaires familiales proches du modèle artisanal : GEM, JMF, Selic, Mapou, Wamoo…

Les jouets… et leurs boîtes

Au fil des salles se succèdent machines à coudre, toupies, petites voitures, dînettes, camions, cubes… De belle facture, ces jouets, onéreux, étaient réservés à une élite. D’où leur état de conservation impeccable : « les enfants les plus chanceux recevaient un, voire deux jouets à Noël. Entreposé à l’année dans l’armoire à jouets de leur grands-parents, ils dormaient sagement dans leur boîte entre deux visites », note Bruno Cirla. Presqu’aussi richement décorées que les trésors qu’elles contenaient, ces boîtes racontaient déjà une histoire à elles seules, et c’est en parfait état que la plupart d’entre elles nous sont parvenues.

Voyageur interplanétaire

Une salle entière est consacrée aux réalisations de Mossé et Fils, l’un des plus importants fabricants de panoplies de l’époque. Les archives INA diffusées sur écran témoignent de l’engouement suscité notamment par son costume de Davy Crockett. Sans parler de son Voyageur interplanétaire, dont il se murmure que les ventes auraient décollé après la publication d’une photo du jeune Prince Charles, arborant le déguisement en Une d’un grand magazine de l’époque ! Plus loin, un autre focus est dédié à France Jouets, « poumon de l’industrie du jouet français, qui tenait alors la dragée haute à Dinky Toys », selon Christophe Feraud. Ayant employé jusqu’à 500 ouvriers – en grande partie ouvrières -, dans son usine de La Capelette, la firme stoppe son activité après mai 68, n’ayant su résister ni à la mondialisation de la concurrence, ni à l’avènement de l’électronique.

Métal lithographié

L’exposition prévoit aussi un espace de médiation et des cartels à hauteur d’enfants, doublés d’un jeu de piste. Mais nul doute que les adultes se régaleront tout autant du parcours. Les tôles émaillées recèlent quelques petits bijoux, notamment dans la salle dédiée à la lithographie sur métaux. Lors de la visite, on croise des best-sellers : ancêtre du drone, Tim, le fameux oiseau volant fabriqué en série par De Ruymbeke. Mais aussi des produits oubliés : Jaguy, l’avion en aluminium de la marque Modalu, créé par Emile Lamy-Perret en hommage à ses enfants, Jacques et Guy.

Un atelier reconstitué

Point d’orgue de l’exposition : la reconstitution de l’atelier Joyax, machines-outils, établis et croquis à la clé. Une voûte plus loin, place à la reconstitution de la vitrine de la boutique Baissade, et ses centaines de Meccano empilés qui égayèrent le Cours Lieutaud jusqu’en 2004. Si le plus vieux jouet exposé date de 1869 – d’étonnantes anamorphoses mettant en scène divers corps de métiers – l’essentiel du parcours se concentre sur les Trente glorieuses. « Mais beaucoup de choses restent à découvrir ! » s’enthousiasment les commissaires. En premier lieu ? Cette fameuse photo du Prince Charles déguisé en cosmonaute, qui reste introuvable à ce jour. Avis aux enquêteurs !

JULIE BORDENAVE
Décembre 2019

 Massilia Toy, une collection de jouets de Marseille
jusqu’au 1er mars
Mucem, Marseille

À venir :
le programme Jouets en fête propose de nombreuses activités en marge de l’exposition :
La petite fabrique des jouets, films de Teresa Badzian, Lidia Hornicka et Lucjan Dembiski (Pologne, 1959-1965, 45 min) (3 au 5 janvier)
Toutouig La La, sieste musicale (4 & 5 janvier)

Photo : Panoplie du voyageur interplanétaire (modèle rouge électrifié), mannequin articulé d’exposition. Mossé, 1954. Tissus, cuir, plastique, fonte d’aluminium et tôle. Massilia Toy, Marseille © Yves Inchierman

Mucem
Môle J4
13002 Marseille
04 84 35 13 13
mucem.org