Vu par Zibeline

Chaillol. Un jour en musique dans le Gapençais, au cœur du festival !

Intimes traversées

• 1 août 2016 •
Chaillol. Un jour en musique dans le Gapençais, au cœur du festival ! - Zibeline

Le 1er août le Festival de Chaillol programmait deux belles manifestations dans le Gapençais.

En fin d’après midi, dans les Jardins de la Providence enchâssés dans un « U » architectural propice à l’écoute en plein air, une jeune accordéoniste faisait le plein pour un concert gratuit, soutenu financièrement par la Ville de Gap et affiché dans le cadre des « Éclats d’été ». Élodie Soulard est de ces artistes qui, à cet instrument d’ordinaire associé au bal musette, propose d’autres possibles : transcriptions ou réécritures classiques, musiques orchestrales… C’est que son « orgue à bretelles » est imposant : pesant près de 15 kilos, il possède la tessiture d’un piano et une multitude de registres ! Elle a pu ainsi proposer une Valse de Schubert, revue par Liszt où le passage du piano à l’accordéon gomme la percussion originelle, ajoute de l’intimité et de la suavité… mais où demeurent  la grâce mélodique et la virtuosité. Avec Bach et sa Suite anglaise n°2, on s’est trouvé dans un esprit acoustique naturellement proche de l’orgue. Le jeu d’Élodie Soulard s’est imposé avec souplesse, élégance, facilité dans les danses lentes détaillant les voix, comme dans les tempi alertes multipliant les double-croches. En fin de programme c’est l’esprit du ballet qu’on a perçu alors que les soufflets dansaient sur un « Portrait de Stravinski » (signé Volodymyr Runchak) traversé de citations du Russe.

Ce fut aussi l’occasion d’entendre un opus en création, commande du Festival de Chaillol : une Partita de Georges Bœuf, superbe, conduisant l’auditoire du contrepoint classique occidental, carré, mais cuisiné aux dissonances du 21è siècle, vers des déploiements harmoniques abandonnant cet ordre-là, vers un temps relâché, proche de celui développé par le bansurî (flûte indienne), voire un temps immobile… un appel à la méditation… instant d’intériorité qui aurait néanmoins gagné à être vécu dans un espace clos, une acoustique réverbérante.

Clair-obscur…

QUATUOR BELA A LA BATIE NEUVE

 

 

 

 

 

 

Tout juste le temps, en soirée, de rejoindre La Bâtie Neuve, village situé à quelques kilomètres du chef-lieu des Hautes-Alpes, pour y entendre, en son église, le Quatuor Béla ! Ces Lyonnais défendent, depuis dix ans, le répertoire contemporain et ne sont pas privés de proposer, en première partie, un programme qu’on n’ose rarement risquer dans les salles de concerts des grandes villes. « Ainsi la nuit » de Dutilleux, chef d’œuvre du genre composé dans les années 1970, a résonné au gré de ses réminiscences, accords pivots, mouvances et variations, suspensions temporelles diffractant, brouillant la mémoire… Vint ensuite le Quatuor n°2 de Frédéric Pattar ,dédié aux quatre musiciens qui l’ont créé l’an dernier au Festival Messiaen au Pays de La Meije. Chacun, tour à tour, dans l’esprit du concerto, Julien Dieudegard et Frédéric Aurier (violons), Julian Boutin (alto) et Luc Dedreuil (violoncelle), a pris un envol soliste dans un trajet général qui a traversé l’opus de l’aigu vers le grave, au moyen d’une langue pas toujours conventionnelle, d’une pièce métallique qu’on glisse sur les cordes, alternant des sons frottés, du souffle, fusées sonores et balancements, motifs multiples, petits objets sonores qui se sont répondus et superposés… Autant de paysages divers qu’on a traversés dans une direction continue, au fil d’un geste hypnotique.

Les artistes ont malgré tout choisi de conclure leur récital avec une œuvre « classique » : le 11è Quatuor en fa mineur de Beethoven à l’esprit dit « sérieux ». Un premier violon « facile » s’est détaché d’un tableau romantique, un drame sonore riche en contrastes, une lutte du mélodique et du rythmique s’achevant sur une espèce de course à l’abîme et une mystérieuse coda précipitée… Renversant !

JACQUES FRESCHEL
Août 2016

Festival de Chaillol, jusqu’au 12 juilletcover_nmm026_elodie_soulard_hd

www.festivaldechaillol.com

Photos Alexandre Chevillard

Élodie Soulard : CD « Portraits »

http://nomadmusic.fr/fr/label/portraits