Intégrale des Nocturnes de Chopin par Marie-Josèphe Jude

Intégrale sous tension !

Intégrale des Nocturnes de Chopin par Marie-Josèphe Jude - Zibeline

La tension est palpable lorsque Marie-Josèphe Jude pénètre sur le grand plateau de La Criée. Le piano est centré sous les projecteurs, bordé d’un écrin acoustique alliant bois et plastique. Trois lourds micros descendent des cintres, juges de paix acoustiques reliés à la régie où René Gambini capte le moindre parasite sonore. Le directeur artistique vient de donner ses instructions : on ne toussera pas, ni vibrera du portable, ni cliquettera du bracelet ! Résultat : le silence est impressionnant, lourd ! Il pèse sur la grande salle comble.

On retient son souffle… Dès l’entrée, l’artiste doit ressentir cette inhabituelle pression : elle sait qu’elle fixe là, sur le vif, des plages pour la vie… au delà, même… Et pas n’importe quelles partitions : les Nocturnes de Chopin… une intégrale ! Marie Josèphe Jude imagine peut-être déjà le microsillon tournant au fil du laser, avec des accrocs, des bruits qu’on ne pourra effacer… Elle avance, au début, dans l’ordre des opus, manifestement déconcentrée, tendue… À peine place-t-elle le dernier accord de l’Opus 9 n°1 en si bémol mineur, la résonance non encore éteinte, qu’un feu d’artifice de toux pétarade. C’est que chacun s’est retenu, avec davantage d’anxiété encore, justement à cause du fait que, précisément, ça lui est interdit… de tousser ! Au milieu du Nocturne en mi bémol, l’un des plus courus, c’est la catastrophe ! Une sonnerie irréfléchie pointe ses fréquences : interminable crescendo d’un portable qui fout tout en l’air… Chopin, Marie-Josèphe et le clan Gambini. Il faudra le rejouer… en bis !

Dans la deuxième partie, oubliant un peu l’enjeu et la règle du jeu, la pianiste s’abandonne et donne enfin le meilleur d’elle-même. On reprendra sûrement quelques plages, des mesures, de ci delà, pour qu’au montage, en coulisse, l’improbable alchimie opère entre le lieu, le public, l’artiste et ses singularités, le langage de Chopin… Pour qu’on découvre enfin, casque à l’oreille, ces opus parmi les plus émouvants de la littérature pianistique.

JACQUES FRESCHEL

Décembre 2012

 

Intégrale des Nocturnes de Chopin par Marie-Josèphe Jude.

Concert donné le 19 nov à La Criée


La Criée
30 Quai Rive Neuve
13007 Marseille
04 91 54 70 54
http://www.theatre-lacriee.com/