Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Elle brûle : ce qui fait de chacun(e) de nous une Emma en puissance

Inquiétant quotidien

• 25 novembre 2014⇒26 novembre 2014 •
Elle brûle : ce qui fait de chacun(e) de nous une Emma en puissance - Zibeline

Dans un intérieur plus réaliste que nature, une famille ordinaire, femme-mari-fille, prend son petit-déjeuner en discutant, se chamaillant, avant de se préparer pour la nouvelle journée qui l’attend ; journée encore plus importante pour Emma, la mère, qui a trouvé du travail et commence le jour même. Mais ses mots, ses gestes disent autre chose. Emma n’ira pas travailler. Ni ce jour-là ni un autre jour ; car Emma va se suicider.

Là commence le retour en arrière, où comme dans un film les flashbacks aident à remonter le temps, à saisir quelques moments fugaces qui donnent à voir les fêlures qui s’accumulent dans la vie de cette famille apparemment normale, dans l’immersion de l’espace immuable que représente cet intérieur des plus banals.

Emma est mariée à Charles, ils ont une fille presque adolescente, en train de le devenir. Mais Emma va mal, elle comble ses journées, ses vides, grâce à l’argent -qu’elle dépense tellement qu’il lui faut faire des emprunts-, et avec un homme, le professeur de piano de sa fille devenu son amant. L’implacable descente aux enfers d’Emma saisit, lente désillusion d’une femme qui ne sait comment vivre «normalement», mais qu’aucun de ses proches n’appréhende vraiment. Car le déni s’est durablement installé au cœur des relations familiales, rendant aveugles et sourds mari, fille, amant, huissiers…

Cette pièce en prise directe avec le réel est tirée d’un fait divers (l’affaire Roman) qui lui-même repose sur une œuvre littéraire des plus connues et lues. Une fiction qui nous plonge directement dans la vie des Bauchain, un B comme Bovary… Caroline Guiela Nguyen a travaillé sa mise en scène en même temps que Mariette Navarro écrivait le texte à partir des improvisations des comédiens, tous parfaits. Une écriture en prise directe avec le réel, celui que chacun s’approprie selon son vécu, dans une construction narrative qui ne laisse rien au hasard, et qui fait de chacun(e) de nous une Emma en puissance.

DOMINIQUE MARÇON
Décembre 2014

Elle brûle a été joué les 25 et 26 novembre au Théâtre d’Arles

Photo : Elle-brûle-c-Jean-Louis-Fernandez


Théâtre d’Arles
43 rue Jean Granaud
13200 Arles
04 90 52 51 55
www.theatre-arles.com