Une pluie d'ouvrages jeunesse aux Editions du Rouergue

Initiations

Une pluie d'ouvrages jeunesse aux Editions du Rouergue - Zibeline

Les auteurs dits de «jeunesse» semblent se donner pour mission d’apprivoiser les doutes, les peurs ou les désirs de leurs lecteurs. Leurs livres sont des pistes pour comprendre le monde et y trouver sa place.

Au Rouergue trois collections s’adressent aux enfants. Dès 7 ans la collection Zig Zag, dont les dessins noirs au trait précis rythment la lecture, n’hésite pas à aborder des thèmes difficiles comme la mort, la maltraitance, le racisme ou ceux plus courants comme la naissance de l’amitié et la vie à l’école. Y figure le dernier livre de Guillaume Guéraud illustré par Martin Romero souvent primé à Angoulême. À partir de 9 ans, la collection Dacodac prend le relai avec des textes plus longs, des aventures au collège, premiers émois et premières libertés… Le livre de Vincent Cuvelier montre la société des années 70 en même temps que l’apprentissage de la musique de deux garçons de milieux différents, et propose en notes une sélection des succès de la Pop et du Rhythm’n’blues. La petite dernière, Boomerang, inaugure une formule originale : chaque livre peut se lire dans un sens ou dans l’autre ; ainsi deux histoires se complètent en se retournant, et une illustration en noir et blanc occupe le centre du livre.

Pour les ados (coll. DoAdo) les propositions de décoder les règles du monde des adultes ou de basculer dans l’imaginaire ou l’aventure sont multiples. Mais même dans les polars (DoAdo noir) on ne perd pas de vue l’apprentissage. Sylvie Deshors, qui dès son premier titre a reçu le Prix du Festival de Cognac, évoque le drôle de réveillon de Minus pris en otage par un Père Noël fou furieux qui le tabasse et croit qu’il va en tirer une rançon ; la catastrophe ultime est évitée au dernier moment. Dans un tout autre registre on retrouve avec plaisir Ahmed Kalouaz qui n’hésite pas à se mettre dans la peau de Juliette rencontrant son premier amour alors qu’elle fait du canoë dans les gorges de l’Ardèche. Nicolas aime la solitude, écrit des poèmes sur des galets et donne un coup de mains à la buvette ; avec Juliette c’est le coup de foudre… avant l’entrée au lycée. Un premier amour aussi chez Irène Cohen-Janca sur fond de détresse familiale ; la sœur d’Antonin est anorexique, l’oncle vit dans le souvenir de la révolution sexuelle de 68. Antonin rentre dans l’âge adulte en ouvrant les yeux à ses parents, dépassés. Le roman, plein de sensibilité, aborde le thème du conflit d’idéaux dans une société en mutation où les jeunes doivent se faire leur place et oser «demander l’impossible». Quant au texte d’Alex Cousseau, il retrace l’itinéraire extraordinaire d’un personnage qui change trois fois d’identité de 1831 à 1865, depuis sa vie dans le ventre de sa mère emmenée en esclavage, descendante d’un pirate français, jusqu’à son retour sur l’île maternelle. Parcours initiatique, ce livre est un hymne à la vie.

À une exception près ces textes sont écrits à la première personne comme si leurs auteurs voulaient se glisser dans la peau de leurs personnages tout en servant de miroir à leurs lecteurs, petits ou grands…

CHRIS BOURGUE

Décembre 2012

 

Je sauve le monde dès que je m’ennuie (7 €)

Guillaume Guéraud

 

L’été pop (7,80 €)

Vincent Cuvelier

 

Douce nuit, Minus ! (9,70 €)

Sylvie Deshors

 

Mon coeur dans les rapides (10,70 €)

Ahmed Kalouaz

 

Demander l’impossible (13,20 €)

Irène Cohen-Janca

 

Les trois vies d’Antoine Anacharsis (15,70 €)

Alex Cousseau